Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Domi-mots

A Domi-mots

Merci aux maisons d'éditions qui me font confiance en me proposant des partenariats et aux auteurs qui m'adressent leurs derniers ouvrages. Chaque chronique est partagée sur mes comptes Facebook, Babelio et Twitter


Blond cendré de Eric Paradisi, JCLattès

Publié par Dominique84 sur 2 Février 2015, 15:32pm

Catégories : #Mes lectures

Blond cendré de Eric Paradisi, JCLattès

Tel un chant à deux voix, ce roman poignant mais jamais pathétique nous conte deux histoires d’amour. L’histoire de Flor et celle de son grand-père Maurizio qui vécut une passion pour Alba, la belle Alba aux cheveux blond-cendré.

L’histoire débute au début des années 40 à Rome. Maurizio est juif, il vit dans le ghetto de Rome, la ville est aux mains de Mussolini, l’armée allemande est en marche. Sans se poser trop de questions, Maurizio est devenu coiffeur, comme son père et son grand-père. C’est dans le salon de coiffure de son père qu’il croisera pour la première fois, le regard d’Alba, une jeune femme un peu plus âgée que lui, fervente communiste et courageuse résistante qui a pour ordre de transmettre des messages secrets. Comment ne pas tomber amoureux de cette jeune femme aux belles boucles blond cendré qui encadrent son si joli visage. Mais que pourra-t-elle lui trouver, à lui, un coiffeur ? C’était sans compter la fougue, le dynamisme et cet amour de vivre qui font de Maurizio un homme attirant et tellement séducteur. Ils vont s’aimer, vivre les plus beaux moments de leur existence jusqu’à ce qu’on vienne l’arrêter chez elle où vit maintenant Maurizio. La guerre qui les a fait se rencontrer et s’aimer… va les séparer. Il sera déporté à Auschwitz, Alba disparaîtra. Maurizio survit grâce à l’image obsédante d’Alba, ses boucles lui reviennent, sa voix, son amour. Elle lui permet de supporter l’enfer du camp de concentration, ses grandes cheminées qui crachent cette fumée grise. L’espoir de la retrouver un jour le porte, l’aide à supporter l’horreur. Il suffoque, l’air lui manque mais il survit et devient le barbier des officiers. Tout comme Flor, dont l’appartement est en flamme. Allongée sur son canapé, elle suffoque, elle est proche de l’asphyxie quand l’homme qu’elle aime lui apparaît et lui crie de vivre, de s’arracher à la mort qui rôde.

Maurizio sortira des camps, vivant mais pas indemne, Alba l’accompagne toujours, reste son guide et le pousse à vivre. Il part s’installer à Buenos Aires où il deviendra un célèbre coiffeur, spécialiste des colorations, essentiellement les nuances de blond. C’est là qu’il fera la rencontre de celle qui sera la mère de ses enfants et pour qui il se convertira au catholicisme.

Tous deux vont vivre dans le personnage de Flor. La fatalité, la fragilité, les destins contrariés sont les thèmes abordés par l’auteur dans ce beau roman émouvant qui nous apporte cette foi en l’avenir, car tout peut toujours renaître.

Flor, a comme elle le dit, reçu l’amour en héritage. « C’est peut-être ça l’amour, quelque chose qui t’oblige à vivre. »

Commenter cet article

Evelyne 04/02/2015 11:03

Je suis très tentée par cette histoire d'amour et de vie, ce doit être émouvant et beau, et en même temps poignant et dur, puis je ne connais pas du tout l'histoire de la déportation Italienne. Voilà, j'ai quelques bonnes raisons de m'investir dans ce livre écrit par un bel Italien - arrivederci Mimi ;)

marcold 03/02/2015 13:12

A priori une histoire viscérale. « C’est peut-être ça l’amour, quelque chose qui t’oblige à vivre. » Je retiens cette phrase forte ! Ciao

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents