Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Domi-mots

A Domi-mots

Merci aux maisons d'éditions qui me font confiance en me proposant des partenariats et aux auteurs qui m'adressent leurs derniers ouvrages. Chaque chronique est partagée sur mes comptes Facebook, Babelio et Twitter © Copyright 2012-2020 Tous droits réservés


De si parfaites épouses de Lori Roy, Editions du Masque

Publié par Dominique84 sur 12 Octobre 2015, 15:21pm

Catégories : #Mes lectures

De si parfaites épouses de Lori Roy, Editions du Masque

Comme tous les soirs, Mr Herze rentre du travail, il est 17h45. Ce soir, c’est jour de paye et Mr Herze n’arrive pas. « 25 ans d’habitude ça ne s’efface pas en un seul jour ? », pense Malina son épouse. Pétrie d’angoisse, elle décide de se rendre à l’usine où la voiture de son mari est toujours garée sur le parking. Le lieu est désert mais Malina n’a pas peur, elle a pris dans l’atelier de son mari le premier objet sous la main susceptible de la défendre, un marteau.

Nous sommes en 1958 à Detroit. Malina vit dans le quartier blanc. Toutes les maisons y sont construites à l’identique. Tandis que les femmes vaquent à leurs occupations ménagères, leurs maris travaillent tous dans la même usine. Ils rentrent le soir pour mettre les pieds sous la table devant un bon repas concocté par leurs « si parfaites » épouses . Leurs habitudes les rassurent face aux nouveaux arrivants qui se sont installés non loin de leur quartier. Des gens de couleur qui semblent-ils rôdent la nuit.

La peur s’installe peu à peu dans cet oasis de verdure et de paix. Et puis, il y a eu cette femme noire que l’on a retrouvée morte dans l’entrepôt à côté de l’usine. Et puis, il y a Elisabeth, une jeune fille un peu attardée qui a disparu un soir et que l’on ne retrouve pas. Autant d’événements pour briser la vie ronronnante de ces habitants. Malina est l’une d’elles, elle s’occupe de la vente de charité de la paroisse, Julia a la garde de ses deux nièces, des jumelles remuantes. Julia est dépressive depuis la découverte de sa fille, morte dans le berceau et voir sa voisine Grace enceinte de 8 mois n’arrangent pas les choses. Mais il faut se tenir droit, ne rien laisser transparaître, c’est ainsi qu’elles ont été élevées, elles sont le gage de la réussite de leur mari, du « rêve américain ».

Tout le quartier se mobilise pour retrouver Elisabeth, chacun sa tâche, les femmes restent à la maison et préparent à manger aux hommes qui les recherches se prolongent, on oublie le reste. Qui se préoccupe maintenant des prostituées de couleur qui rôdent à la sortie des usines le jour de paye ? Une chose est sûre, si l’on retrouve Elisabeth, la vie reprendra son cours. On finit par retrouver Elisabeth, mais elle est morte et la vie est loin de reprendre sa tournure habituelle. La violence s’installe, le mal rôde à présent. Il ne fallait pas bâcler l’enquête du meurtre de la jeune noire. Non, il ne fallait pas !

Ecrit à la manière d’un scénario où tout est détaillé (maison, jardin, tenues vestimentaires, expressions et gestuelles de chacun des personnages), ce roman qui se déroule sur 8 jours /8 chapitres réussit à installer une atmosphère pesante peu à peu étouffante. Derrière le vernis de chaque couple se cachent des secrets inavouables, des faiblesses, des non-dits ; la disparition d’Elisabeth va faire éclater la bulle apparemment apaisante de ce quartier.

Un roman noir qui sait ménager son suspense jusqu’à la fin.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents