Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Domi-mots

A Domi-mots

Merci aux maisons d'éditions qui me font confiance en me proposant des partenariats et aux auteurs qui m'adressent leurs derniers ouvrages. Chaque chronique est partagée sur mes comptes Facebook, Babelio et Twitter © Copyright 2012-2020 Tous droits réservés


Les verticaux de Romaric Sangars, Editions Léo Scheer

Publié par Dominique84 sur 29 Septembre 2016, 08:38am

Catégories : #Mes lectures

Les verticaux de Romaric Sangars, Editions Léo Scheer

Un premier roman déroutant par la maturité stylistique de l’auteur, un premier roman qui inaugure un nouveau style dans la littérature du XXIème siècle, un renouveau, c’est la nouvelle vague du nouveau nouveau roman.

C’est un soir de décembre que le narrateur, Vincent Revel la rencontre. Elle chantait dans les rues de Paris, sous une pluie battante. C’était Lia Silowsky, l’insaisissable, l’imprévisible et en marge du monde commun, Lia ; il ignorait alors que cette rencontre allait changeait le cours de sa vie.

Un peu plus tard, était-ce un hasard ou comme l’appelle les surréalistes un “hasard objectif”, il fera la rencontre d’Emmanuel Starck, le fantasque Emmanuel, l’homme qui se voulait chevalier.

Journaliste, écrivain en devenir, Vincent Revel est un désabusé de la vie. Pétri de renoncement, il cache pourtant au fond de son tiroir, l’ébauche du roman de toute une vie, la sienne.

Emmanuel “produisait un écho” dans son existence. Il lui faisait resurgir des sentiments enfouis, il sentait enfin revenir en lui cette force, ce désir qui l’avait quitté.

Lia et Emmanuel que tout opposait avaient pourtant en commun qu’ils “se retrouvaient tous deux sur l’axe vertical : lui tout entier dans l’élan de se hisser et elle douchée d’éclats d’en haut”. Il s’opposaient tous deux à la platitude des autres, “cette horizontalité binaire”

Les chants ensorceleurs de Lia et l’informel Emmanuel vont l’extirper de son inertie mentale. Ensemble, ils vont refaire le monde, regretter les codes chevaleresques oubliés au profit de l’individualisme forcené de notre époque. Ce roman nous invite à vivre et défendre nos idéaux même s’il faut heurter la société bien-pensante. C’est un texte satirique totalement abouti.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents