Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Domi-mots

A Domi-mots

Merci aux maisons d'éditions qui me font confiance en me proposant des partenariats et aux auteurs qui m'adressent leurs derniers ouvrages. Chaque chronique est partagée sur mes comptes Facebook, Babelio et Twitter


Les chemins de Garwolin de Evelyne Dress, Editions Glyphe

Publié par Dominique84 sur 8 Octobre 2016, 10:03am

Catégories : #Mes lectures

Les chemins de Garwolin de Evelyne Dress, Editions Glyphe

Parution le 10 octobre
ISBN 978-2-35285-097-7
280 pages
Référence : Rom.047

Décidée à renouer avec son histoire familiale paternelle, Sylvia Gutmanster part à l’aventure en bicyclette en Pologne, le pays natal de son père. Le besoin de connaître les circonstances qui avaient amené son grand-père à fuir son pays en 1921 pour s’installer en France l’anime depuis le décès de son père. Sylvia qui avait été élevée dans ce mélange de culture, ne connaissait que quelques mots de polonais, seulement quelques plats typiques que sa grand-mère lui préparait, et quelques notions de sa judaïté. Il était temps de partir sur les traces d’une famille, une façon d’être en communion avec ses ancêtres.

En 1939, la population juive de Garwolin a connu le sort de toutes les communautés juives polonaises : l’exode, l’enfermement, les assassinats et les exécutions sommaires, les privations extrêmes, les travaux forcés, la déportation et l’extermination. Plus rien aujourd’hui n’y subsiste de ce qui y fut un siècle de vie juive.

Lorsqu’elle se rend au cimetière juif de la ville, les tombes y ont été saccagées, elles portent des inscriptions comme “Les Juifs, dehors”. C’est un prêtre qui lui servira de guide, il fut cet enfant juif recueilli par une famille catholique, en qui cohabitent le christianisme et le judaïsme.

Elle réalise alors, malgré l’éloignement, malgré le fait que son père ne lui ait jamais parlé de ses origines, malgré son éducation parisienne, combien elle est proche des coutumes de ce pays qu’elle sent au fond de son âme comme le sien. C’est cette petite voix intérieure qui ne la lâche jamais, la hante, l’étouffe quelquefois, pour l’amener à une quête d’identité, une quête existentielle.

“On naît d’une histoire familiale, de ses drames, de ses joies, mais aussi d’une transmission inconsciente”. Ce voyage lui fera prendre conscience combien elle avait nié inconsciemment son identité, sans réussir à la faire oublier aux autres ni à elle-même. Mieux que d’inventer une histoire à son héroïne, Evelyne Dress a décidé de lui donner la sienne et celle de ses ascendants.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents