Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Domi-mots

A Domi-mots

Merci aux maisons d'éditions qui me font confiance en me proposant des partenariats et aux auteurs qui m'adressent leurs derniers ouvrages. Chaque chronique est partagée sur mes comptes Facebook, Babelio et Twitter © Copyright 2012-2020 Tous droits réservés


Mathilde de Philippe Lemaire, Presses de la Cité

Publié par Dominique84 sur 20 Octobre 2016, 13:34pm

Catégories : #Mes lectures

 

Ou le parcours initiatique d’une jeune fille dans les années 40.
Mathilde a le mal-être de tous ceux qui ont son âge, elle est mal dans sa peau, elle ne se trouve pas belle, ses complexes la rendent bien souvent désagréable, mais c’est bien compréhensible, parce que Mathilde a 15 ans.

Mathilde aurait bien aimé continuer ses études après le certificat mais son père en avait décidé autrement et elle lui en voulait pour avoir décidé de sa vie.
Sa passion pour la lecture, son désir de toujours apprendre, de s’évader passeraient dorénavant après son travail.

Employée dans un atelier de couture, Mathilde enfourche chaque jour son vélo pour s’y rendre. Sur le chemin, elle y rencontrera un garçon mais pas l’amour. L’amour avec un grand A, elle le rêve, elle l’idéalise comme toutes les jeunes filles de son âge. Les jeunes gens de son âge ne l’intéressent pas, elle les trouve insipides, intéressants, elle préfère la compagnie Suzy, Emma, Jean, Pierre et Claire avec qui elle discute cinéma, politique. Il est vrai que la période s’assombrit de jour en jour, nous en sommes en 39, mais personne ne croit à la guerre encore moins à un conflit mondial.
Dans l’insouciance de son âge, Mathilde découvre ses premiers émois amoureux,

 Mais la guerre est imminente, Mathilde va se retrouver plonger dans le monde des adultes, le temps de l’adolescence n’aura duré qu’un été. “La vie devenait difficile. La guerre s’installait de façon insidieuse, un peu à la manière de lignes de fuite sur l’horizon”.
Elle allait leur infliger des blessures difficilement cicatrisables, voler la jeunesse, l’insouciance de leur âge.

Avec son appareil photo que son amie Suzy lui a offert, elle va pouvoir s’échapper de son quotidien, s’ouvrir à une autre réalité, “voir plus loin”, “avec son appareil, elle se sentait exister” enfin ! A la fin de la guerre, Mathilde allait avoir 22 ans, elle était enfin libre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents