Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Domi-mots

A Domi-mots

Merci aux maisons d'éditions qui me font confiance en me proposant des partenariats et aux auteurs qui m'adressent leurs derniers ouvrages. Chaque chronique est partagée sur mes comptes Facebook, Babelio et Twitter


Jessica L.Nelson "Debout sur mes paupières" Belfond Pointillés

Publié par Dominique84 sur 22 Janvier 2017, 17:00pm

Catégories : #Belfond

“Je suis l'Auteur,je suis Elisabeth, je suis Lee, qui suis-je” ? Ces trois phrases tirées du roman pourraient en être le résumé. A cette question, l’auteur tente de répondre à travers la chassé croisé de deux biographies, celle d’Elisabeth et celle de Lee Miller, célèbre photographe américaine dont elle est l’idole inconditionnelle.
Elisabeth a oublié la danseuse talentueuse qu’elle aurait pu ou dû être, au lieu de cela elle sculpte et vit dans un écrin de sécurité, un cocon que son conseiller financier de mari lui offre. Mère d’un enfant, sa vie est comme du papier à musique, elle sculpte, elle a déjà un certain succès, elle est appréciée, sa vie semble être un long fleuve tranquille aux yeux de tous. Mais Elisabeth est en quête d’autre chose, ce quelque chose qui devra l’amener à se surpasser, à se surprendre. Ce qu’elle trouvera aura un effet de dynamite dans sa vie, c’est ce petit grain de sable dans le bel engrenage  de son quotidien, une passion dévorante qu’elle vouera à la photographe Lee Miller. De cette fascination naîtra une obsession qui virera à la folie. 
C’est son histoire que la narratrice choisit de nous raconter, une histoire qui commence par la fin et qui déroule le fil des événements qui nous mène jusqu’à Lee Miller. 
Si ce n’était la présence perpétuelle de la narratrice-auteur aux prises avec son éditeur, les histoires auraient eu un cours agréable mais cette mise en abîme perturbe la narration et j’ai fini par me désintéresser du récit et des différents thèmes traités, notamment celui de la maternité et de la difficulté pour une femme de concilier maternité et création artistique. Un plus cependant pour le dénouement qui déroute parce que totalement imprévisible.

Commenter cet article

Macold 22/01/2017 23:10

Lu.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents