Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dominique84

Dominique84

Merci aux maisons d'éditions qui me font confiance en me proposant des partenariats et aux auteurs qui m'adressent leurs derniers ouvrages. Chaque chronique est partagée sur mes comptes Facebook, Babelio et Twitter


Michel Onfray "Décadence" Flammarion

Publié par Dominique84 sur 30 Janvier 2017, 15:22pm

Catégories : #Mes lectures, #flammarion

Après “Cosmos” paru en 2015 où le philosophe invitait son lecteur à renouer avec la nature oubliée, Michel Onfray poursuit l’écriture de sa trilogie intitulée “Brève Encyclopédie du Monde” avec son deuxième volet “Décadence”.

C’est ici toute l’histoire de l’Occident et de ses idées que Michel Onfray se propose d’étudier, l’histoire de l’empire romain à nos jours. C’est une fresque de grande envergure formidablement documentée, un travail de titan auquel Michel Onfray s’est consacré pour cet essai.

 

Pour Michel Onfray “Ce livre n’est ni optimiste ni pessimiste, mais tragique car, à cette heure, il ne s’agit plus de rire ou de pleurer, mais de comprendre”, le constat est à mon sens des plus pessimistes sur l’avenir de l’Occident. La civilisation judéo-chrétienne est selon lui à son déclin comme  Rome le fut. C’est la grande Roue de l’histoire, après tout !

Dans son analyse, il rejoint le Houellebecq de “Soumission”, il pense que nous souffrons à une sorte de délabrement moral qui nous conduit à un certaine tendance à plutôt se soumettre pour ne pas avoir à se battre.

 

C’est forcément un livre sombre qui tire un bilan négatif de notre civilisation mais voyons le plutôt comme un avertissement. On attend souvent du philosophe qu'il nous donne des réponses mais la sagesse (c’est d’ailleurs le titre du troisième et dernier opus de la brève encyclopédie du monde qui sortira dans environ 1 an) veut que les questions posées amènent à la réflexion, tirent le signal d’alarme. “Soumis et lâches, individualistes et hédonistes décadents, voilà ce que la grande majorité de nous occidentaux sommes devenus”.

Quel que soit le clan dans lequel on est (pro ou anti-Onfray), on ne peut qu’être d’accord avec le philosophe quand il déclare qu’une civilisation a une vie, donc une mort. Ce que Paul Valéry affirmait déjà en 1919 : « Et nous voyons maintenant que l’abîme de l’Histoire est assez grand pour tout le monde. Nous sentons qu’une civilisation a la même fragilité que la vie. » La Crise de l’esprit, 1919

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents