Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dominique84

Dominique84

Merci aux maisons d'éditions qui me font confiance en me proposant des partenariats et aux auteurs qui m'adressent leurs derniers ouvrages. Chaque chronique est partagée sur mes comptes Facebook, Babelio et Twitter


Michel Rederon, "La Douzième Carte", Editions de l'Armançon

Publié par Dominique84 sur 8 Janvier 2017, 17:37pm

Catégories : #Mes lectures

 

C’est un magnifique roman qui traite du douloureux thème des secrets de famille, des non-dits et de la filiation. Ce sont deux histoires parallèles à 2 époques différentes qui s’entremêlent au fil du récit, avec un seul fil conducteur, la quête de la vérité, d'une identité.

il y  a l’histoire de Marcello qui a pris la décision de quitter les siens, sa femme, son fils, ses amis  peu de temps après son retour de captivité, en 1946.  Après 4 années passées loin de chez lui, il ne s’était pas imaginé un tel retour. L’absence lui avait-elle  fait idéaliser tous ceux dont il était séparé ? C’est vrai que la guerre l’avait transformé mais ce qu’il avait appris à son retour était pire que tout ce qu’il avait imaginé. Il n’avait vu qu’une issue, qu’un choix possible, fuir loin de sa famille, de sa femme et même de son fils, qui n’était peut-être pas le sien.

C’est ainsi que le livre débute, Marcello embarque pour un long voyage qui va l’amener à Saïgon. Durant la longue traversée,  il écrit sur douze cartes postales, douze chapitres de sa vie et les adresse à son ami de captivité Charles.

C’est du Laos qu’il écrira sa douzième carte, une carte  qui annonce le début d’un véritable échange épistolaire entre lui et son ami et qui arrivera par hasard dans les mains de Luc,  60 ans plus tard. Le jeune Luc qui tente, aidée de sa compagne Louise la brocanteuse, de trouver un sens à sa vie. Il lui faut, pour vivre en paix, découvrir la véritable  identité de son grand-père. Qui est son grand-père, celui dont il porte le nom et dont le passé durant la guerre ne peut que lui faire honte ou bien est-ce Marcello, cet homme qui se sentant trahi par les siens à fui au Laos dès son retour de la guerre ?

La réponse est dans ces cartes, dans la correspondance que Marcello échangera avec son camarade de guerre et surtout chez sa grand-mère dont il réalisera que toute sa vie, elle a tenté de “tenir la bride au destin” “de réparer le mal qu’elle avait fait en séduisant Marcello, ce fils d’immigré italien”. Mais rien n’est simple quand il s’agit d’affronter la vérité...

Une histoire émouvante, une histoire qui nous replonge dans les heures sombres de la dernière guerre, dans la souffrance de tous ceux pour qui la guerre s’est achevée non dans les camps de captivité et pour qui le retour parmi les leurs allait représenter une épreuve de plus. L’auteur s’appuie sur la trame romanesque pour retracer un pan d’histoire de notre pays, le retour difficile de tous ces prisonniers meurtris dans la chair comme dans l’âme, une époque charnière de reconstruction. Il y retrace aussi l’histoire de l’Indochine et de la fin de la colonisation.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents