Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Domi-mots

A Domi-mots

Merci aux maisons d'éditions qui me font confiance en me proposant des partenariats et aux auteurs qui m'adressent leurs derniers ouvrages. Chaque chronique est partagée sur mes comptes Facebook, Babelio et Twitter © Copyright 2012-2020 Tous droits réservés


Ariane Bois “Dakota Song” Belfond

Publié par Dominique84 sur 30 Avril 2017, 16:45pm

Catégories : #Mes lectures, #Belfond

C’est à un texte très original auquel nous invite Ariane Bois avec Dakota Song. Elle s’écarte ici de ses précédents romans et de ses thèmes de prédilection comme la seconde guerre mondiale et la Shoah ( “Le monde d’Hannah”) pour nous offrir une sorte de roman choral dont le principal personnage est un immeuble situé en plein cœur de Manhattan sur Central Park.  Cet immeuble mythique conçu en 1884 par Edward Clark qui avait fait fortune dans les machines à coudre Singer est composé de 93 appartements, 150 personnes veillaient au bien-être des résidents, il y avait un restaurant, un terrain de cricket et un jardin sur le toit. Le West Side, autrefois quartier désert et éloigné du centre est devenu grâce au Dakota, un quartier résidentiel recherché qui attira très vite par le luxe de ses équipements une clientèle que l’on qualifierait aujourd’hui de people.  

 

Grand reporter et journaliste, l’auteure a su mener une enquête soigneuse et scrupuleuse sur cet immeuble, a eu le privilège d’y pénétrer pour s’imprégner des lieux avant d’écrire son intrigue fascinante autant que l’est encore de nos jours cet immeuble.

 

Dès les premières pages du roman, le ton est donné, celui d’une Amérique qui vit la tragédie de la guerre du Vietnam, qui irradie internationalement, qui est aux prises avec le racisme et le sexisme. C'est à travers les yeux de Shawn Pepperdine, un jeune noir embauché comme portier du Dakota que l'histoire va s'articuler. De son poste d’observation, ce jeune homme sorti de Harlem et que le hasard de la vie va conduire dans ce palace dans lequel il n’aurait jamais même pensé entrer un jour, va écrire l’incroyable saga de cet immeuble. Un club de VIP (pour y habiter, il faut être coopté par les autres propriétaires) qui a compté parmi ses membres Lauren Bacall qui y a élevé sa famille depuis les années 1960 et y est morte à l’été 2014, Léonard Bernstein, Rudolph Noureev, Andy Warhol, et bien d’autres encore sans oublier John Lennon qui déclencha un véritable scandale quand il acheta un appartement en 1972 avant d’être assassin une décennie plus tard devant le porche de l’immeuble et Polanski qui a filmé le Dakota pour son film Rosemary’s baby

Dans un style mêlant élégance et vitalité, Ariane Bois nous dresse le portrait de New York dans les années 70,  d’une Amérique qui veut le changement, une Amérique qui connaît des années de luttes sociales  “J’ai voulu, avec mon personnage de Shawn, montrer la colère mais aussi l’espoir de la jeunesse noire qui cherche par tous les moyens à obtenir l’égalité réelle après celle des droits civiques acquis une décennie auparavant. Shawn représente cet espoir, cette volonté de s’en sortir, il fait partie de ceux qui innovent, puisqu’il est le premier portier noir du Dakota, un immeuble réservé aux « rich and famous”. “Nous couvrons ainsi dix ans de la vie de cet immeuble, qui recèle le meilleur et le pire de l’Amérique. Au Dakota, il se passe toujours quelque chose et chaque fenêtre ouvre sur un théâtre”.

C’est un superbe roman écrit avec talent, rythme et dynamisme, un roman littéralement envoûtant.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marc oldani 30/05/2017 13:46

Je note pour mes lectures estivales.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents