Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Domi-mots

A Domi-mots

Merci aux maisons d'éditions qui me font confiance en me proposant des partenariats et aux auteurs qui m'adressent leurs derniers ouvrages. Chaque chronique est partagée sur mes comptes Facebook, Babelio et Twitter


Yves Viollier “Le marié de la Saint-Jean” Presses de la cité

Publié par Dominique84 sur 30 Avril 2017, 14:11pm

Catégories : #Mes lectures, #Presses de la Cité

  L’auteur nous précise en préambule que tout est faux dans son roman mais que si les personnages sont vrais, c’est parce que l’auteur l’a voulu… De quoi attiser notre curiosité, n’est-ce pas ?

L’histoire débute en 1977. Zhida, un jeune Sino-Cambodgien arrivé en France à l’âge de 8 ans, va s’unir avec Gabrielle, la fille d’un paysan vendéen. Depuis son arrivée en France, Zhida s'est toujours efforcé de s’intégrer, il s’est montré affable, obéissant, gentil en toutes occasions. Il s’est fait accepter, apprécié, aimer puisqu’il va se marier mais est-il heureux ? Peut-on oublier ses racines, peut-on dépasser la souffrance d’une enfance tronquée par l’exil ? Près de lui, pour assister à son mariage, il y a son père qui vient d’arriver de Hong Kong et son oncle qui avait émigré en France  pour échapper aux Khmers rouges. Sa mère n’a pu se sauver à temps de la barbarie, elle ne sera présente à la cérémonie que dans les souvenirs meurtris de Zhida.

Zhida revit en pensée son parcours, son histoire et c’est à travers ses souvenirs qu’il nous raconte l’histoire du Cambodge avant et pendant l’arrivée des Khmers rouges, c'est l’histoire des boat-people qui fuyaient le communisme que l’auteur nous décrit.  Mais le roman d’Yves Viollier n’est pas seulement un livre d’histoire sur la guerre d’Indochine, c’est une histoire émouvante où l’amour et l’humour sont au rendez-vous.

Un roman qui traite de sujets contemporains, comme le cas des migrants, de la difficile acceptation et adaptation de l’étranger et bien que le contexte économique et social diffère de celui de l’époque, les souffrances sont les mêmes. Un très beau roman que l’on pourrait croire autobiographique...

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents