Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Domi-mots

A Domi-mots

Merci aux maisons d'éditions qui me font confiance en me proposant des partenariats et aux auteurs qui m'adressent leurs derniers ouvrages. Chaque chronique est partagée sur mes comptes Facebook, Babelio et Twitter


Isabelle Marrier - En cas d’exposition des personnes - Flammarion

Publié par Dominique84 sur 13 Mai 2017, 10:46am

Catégories : #Mes lectures, #flammarion

 

Ce roman projette le lecteur dans un temps futur, imaginaire et pourtant bien ancré dans la réalité contemporaine par des éléments véridiques. Le lecteur est littéralement happé par cette histoire car la crédibilité et la vraisemblance de ce que l’auteur expose nous fait froid dans le dos.

C’est une étude sociétale bien menée à travers l’histoire de 4 personnages enfermés dans un labyrinthe où il n’y a qu’une issue, la mort. Comme la vie du reste !

 

Dans ce huis clos étouffant, on y rencontre notamment Ariane, la seule à être arrivée  là par erreur, sans son consentement. Il a suffi d’un coup de folie (le seul peut-être de toute sa vie) pour que toute sa vie bascule dans un cauchemar inimaginable pour la petite bourgeoise transparente qu’elle était devenue. Qu’est-ce qui lui a pris de voler le sac de cette femme assise à côté d’elle dans un café ? Une pulsion incontrôlable causée par peut-être le fait qu’on lui avait volé le sien l’heure précédente ?

A l’intérieur du sac de l’inconnue, elle découvrira un billet de train qu’elle va utiliser sans savoir trop pourquoi, sans savoir où cela l’amènera vraiment.

Son voyage va s’arrêter à Mioreira, une zone désaffectée et contaminée puisque destinée à l’enfouissement des déchets nucléaires.

 

Sans le savoir, Ariane a rejoint le PFS auquel avait souscrit Anne, la propriétaire du sac volé. Le PFS ou Programme de Fin Solidaire est un programme de suicide volontaire sous l’égide de l’Etat. Ceux qui y participent sont des “suicidants” convaincus par l’Etat que leur mort pourrait être utile à la nation. Au moment choisi, ils seront précipités dans un trou noir enterrant nos déchets radioactifs, double bénéfice pour l’Etat qui élimine ses déchets qu’ils soient radioactifs ou humains.


Dans cette fable d’anticipation, l’auteur traite de façon terrifiante la façon dont l’Etat peut manipuler la société, une société à la dérive, une société qui perd ses repères et dont le sentiment d’utilité peut toujours  être titillé.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents