Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Domi-mots

A Domi-mots

Merci aux maisons d'éditions qui me font confiance en me proposant des partenariats et aux auteurs qui m'adressent leurs derniers ouvrages. Chaque chronique est partagée sur mes comptes Facebook, Babelio et Twitter


Anne et Claire Berest - Gabriële - Stock

Publié par Dominique84 sur 9 Août 2017, 15:29pm

Catégories : #Mes lectures, #Stock

Apprendre lors d’une exposition consacrée à Francis Picabia que ce célèbre peintre n’est autre que son arrière-grand-père n’est pas commun, c’est pourtant ainsi que les soeurs Berest ont pu reconstituer le chaînon manquant de leur arbre généalogique. Auteures talentueuses, les deux soeurs se sont unies pour nous offrir une biographie inédite et originale (chaque chapitre a pour titre une des oeuvres de Francis Picabia) de Gabriële Buffet Picabia, l’épouse du peintre et leur arrière-grand-mère. Une femme qui vécut à l’ombre du maître et qui pourtant fut son soleil.

Anne et Claire Berest ont su très vite que cette femme “avait été un monument ignoré et égaré”. Celle qui s’est éteinte à l’âge de 104 ans fut Ignorée de ses descendants et égarée dans l’histoire de l’art. Gabriële restait une énigme pour ses arrière-petites-filles qui ont su reconstituer sa vie remplie de passion amoureuse et d’abnégation. Elles vont consacrer trois années à enquêter et apprendre à connaître celle dont elles ne savaient rien car leur mère, Leila Picabia restait toujours très évasive quand on lui demandait à l’annonce de son nom, si elle faisait partie de la famille du peintre.

“Lorsque Gabriële est morte en 1985, nous avions 3 et 6 ans, et notre soeur 12. Nous étions ses arrière-petites-filles. On peut penser que cela compte, dans la vie d’une femme, ses descendants. Eh bien non, Elle ne s’était pas occupée de notre mère, qui était pourtant sa petite-fille. Pourquoi ? Peut-être parce que Gabriële se sentait coupable du suicide de son fils, Vicente. Qu’elle voulait mettre tout cela loin d’elle.”

C’était déjà sortir des sentiers battus que de vouloir devenir "compositeur" de musique quand on est une femme du début du XXè siècle, un métier alors réservé exclusivement aux hommes. Elle partira en Allemagne pour poursuivre son rêve puisqu'en France on lui refusera l'accès au conservatoire.  Puis, c'est la rencontre avec le peintre Picabia en 1908 pour qui elle délaissera la création musicale et à qui elle fera briser ses liens avec l’impressionnisme. Elle ne mit pourtant pas un terme à son désir de participer à l’aventure de l’art moderne que le siècle nouveau avait lancé, ce fut le temps du Dadaïsme et en peinture de l’abstraction. Montagnarde comme elle aimait se qualifier, Gabriele retrouvera souvent sa mère dans la maison familiale d’Etival dans le Jura où viendront l’y rejoindre Picabia, Guillaume Apollinaire et Marcel Duchamp.

Les soeurs Berest se racontent et nous racontent une histoire passionnante, celle d’un siècle nouveau où le monde l’art connaissait une révolution sans précédent. Elles nous racontent la vie trépidante et passionnée de ces artistes toujours en quête d’inédit, loin des normes et des conventions. Elles mettent en lumière l’existence de Gabriële, “théoricienne de l’art visionnaire, femme de Francis Picabia, maîtresse de Marcel Duchamp, amie intime d’Apollinaire” et leur arrière-grand-mère.

Je remercie Anne et Claire Berest ainsi que les Editions Stock de m’avoir transmis ce e.book via NetGalley

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents