Publié le 29 Juillet 2012

Image and video hosting by TinyPic  

Une autre histoire de Séléné, Déesse de la Pleine Lune est le second ouvrage de l’auteure.

Je vous conseille de lire au plus vite, que dis-je, de le  savourer !

 

Laissez-vous transporter  dans le monde mythique de cette déesse qui fit tourner la tête des hommes comme des dieux. Changée en astre de la nuit, appelée tour à tour l’œil de la nuit et Reine du Silence, la jeune femme parcourait le ciel sur un char d’argent tiré par deux chevaux ailés. Dès que son frère Hélios (le soleil) finissait sa course dans le ciel, Séléné (la Lune) s’élançait à son tour. On raconte qu’elle va souvent  voir dans la grotte de Carie, l’homme dont elle est amoureuse et qu’elle a endormi à jamais pour ne point le voir vieillir. La nuit elle vient le caresser amoureusement  de ses rayons de lune. Ainsi est Séléné, elle est le rêve, le romantisme et la féminité.

La vie aventureuse de Séléné  a inspiré les plus belles et lyriques pages jamais lues à une amie blogueuse.

 

Cliquez ICI et embarquez-vous pour le plus féérique voyage jamais entrepris, sur les traces de cette déesse à la beauté incomparable et aux multiples aventures.

 

Extrait :

« Leur entente fut à la fois délicate et exaltante. Leurs sens en éveil les guidaient là où l’extase devient irréversible. La douceur et la tendresse participaient à ce ballet … Son corps magnifié par une nature dépouillée, s’abandonnait à la fraîcheur d’une roche clairsemée de fleurs délicates d’un violet tendre. Ses courbes éloquentes, harmonieuses destinées aux plus grands émois, s’offraient au regard. Fruits pointés sur un buste soyeux en une attente voluptueuse, Séléné était une femme passionnée et amoureuse… Il ne lui restait plus qu’à le rencontrer à nouveau ».

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique84

Publié dans #Mes lectures

Repost 0

Publié le 25 Juillet 2012

Image and video hosting by TinyPic  

Emily a 16 ans lorsqu’elle quitte son Ecosse natale, son père et son frère pour débarquer en Terre de Feu, dans la baie d’Ouchouaya pour être gouvernante des enfants d’un pasteur. L’histoire se situe à la fin du XIXème siècle, les missionnaires et les colons s’y sont déjà installés pour évangéliser la population constituée de différentes peuplades. Personne n’a encore eu la curiosité  cherché à étudier leur civilisation ; pour les Blancs, un Indien est et restera un sauvage qu’il faut éduquer pour tenter de le ramener dans le droit chemin.

Pour cette  petite paysanne élevée à la dure  par un père meurtri par le décès de sa femme en couches, l’adaptation au milieu ambiant n’est pas très difficile. Au contraire, elle sera bien vite subjuguée par la manière de vivre, de penser des autochtones. Vivant au jour le jour, respectant et aimant la nature, les Indiens vont séduire Emily, elle va se mêler à eux, adopter leur mode de vie et finira par tomber amoureuse de Aneki, un indien, avec qui elle s’enfuira pour vivre dans sa tribu. Mais elle s’était bercée d’illusions, l’enfant qui naîtra et qui, pensait-elle, devait être un pont entre les deux mondes, ne suffira à les rapprocher. Incomprise, reniée,  bannie de la communauté blanche, Emily devra toutefois y retourner pour y rester à jamais une recluse. L’esprit de fraternité prêché par les siens ne sera lui aussi qu’un rêve, une utopie. "Dès ce premier jour, je sens s'établir en moi un pacte profond avec cette nature. Je vais me vouer à elle et jamais elle ne me trahira. Je suis là où je dois être."

C’est à un formidable voyage, un hymne à la nature qu’Isabelle Autissier nous invite grâce à son grand talent de conteuse. Elle nous décrit et communique son amour pour la nature et les paysages de ce Nouveau Monde apparemment hostile mais si beau, un pays balayé par le vent et qui « enchaîne les extrêmes ».  L’histoire d’amour impossible  qui lie les deux personnages sert de trame à ce pan sombre de l’histoire argentine et chilienne,  du drame de l’intolérance et du travail de sape des envahisseurs blancs sur cette civilisation appelée primitive parce que différente.  

Ingénieur agronome née en 1956 à Saint-Maur, ancienne navigatrice en solitaire jusqu'en 1999, présidente du World Wild Fund, nous connaissons Isabelle Autissier avant tout comme écrivain : elle est l'auteur, chez Grasset, d'une biographie de Kerguelen (2004), de Salut au Grand Sud (coécrit avec Erik Orsenna, 2006), de Versant Océan, avec l'alpiniste Lionel Daudet (2008), et d'un roman remarqué : Seule la mer s'en souviendra (2009). 

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique84

Publié dans #Mes lectures

Repost 0

Publié le 16 Juillet 2012

Symbole de ferveur, de passion, De folie, de sensualité,

Que d'émotion de voir refleurir mon orchidée !

Image and video hosting by TinyPic 

Elle déploie ses ailes
en effluves sensuelles,
délicate et aérienne,
des fleurs tu es la reine,
orchidée au toucher velouté
tu es d'une fascinante absolue beauté.

Image and video hosting by TinyPic

 

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique84

Publié dans #photos perso

Repost 0

Publié le 13 Juillet 2012

Image and video hosting by TinyPic 

"C´est entre le trop et le rien
Que j´ai perdu mon équilibre

Jusqu´à ce que ta main me caresse
Et ton cœur me redresse
Y a que mon souffle qui t´apaise
Y a que mon rire qui te soigne

  ... "

 

Image and video hosting by TinyPic

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique84

Publié dans #photos perso

Repost 0

Publié le 9 Juillet 2012

Photobucket 

 Le temps, c’est la toile dont je suis à la fois l’araignée et la mouche.

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique84

Publié dans #photos perso

Repost 0

Publié le 5 Juillet 2012

Photobucket 

Punaise rouge, Punaise au corps de feu, Diable cherche-midi (et pas à sa porte) ou Bête à Diable,

le Pyrrhocoris apterus appartient à l'espèce des Hétéroptères-aux-pieds-sur-terre car il est dépourvu d'ailes.

Et alors me direz-vous ?

Et alors rien.

 

 

Photobucket

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique84

Publié dans #photos perso

Repost 0

Publié le 3 Juillet 2012

 

Photobucket 

Je ne vendrai ma vie au diable

Que pour découvrir l'âme soeur :

A travers légendes et fables

La fidélité d'un seul coeur.

Un simple quatuor,

un pétale d'étoile,

Peuvent donner l'essor

Aux gondoles sans voiles.

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique84

Publié dans #photos perso

Repost 0