Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Domi-mots

A Domi-mots

Merci aux maisons d'éditions qui me font confiance en me proposant des partenariats et aux auteurs qui m'adressent leurs derniers ouvrages. Chaque chronique est partagée sur mes comptes Facebook, Babelio et Twitter © Copyright 2012-2020 Tous droits réservés


Du domaine des Murmures de Carole Martinez, Ed. Gallimard

Publié par Dominique84 sur 5 Octobre 2011, 23:15pm

Catégories : #Mes lectures

Photobucket

 

Au domaine des Murmures près de Besançon, vivait Esclarmonde. C’est le jour de ses épousailles, son promis, Lothaire de Montfaucon, est un jeune homme au cœur volage qu’elle ne connaît qu’à peine. Elle n’a que 15 ans, nous sommes en 1187 et elle doit obéissance à son père qui a décidé de son mariage.

Mais Esclarmonde ne l’entend pas ainsi et crie un grand « non » lors de la cérémonie nuptiale, devant l’Evêque. Elle va jusqu’à se trancher  devant toute l’assemblée horrifiée et déclare vouloir se consacrer à Dieu, sa vie durant. « Entre le Père céleste et le père géniteur, j’avais choisi de glorifier le premier aux dépens du deuxième ».   

En sacrifice, elle demande qu’une chapelle soit érigée en l’honneur de Sainte Agnès, morte en martyr à 13 ans pour n’avoir accepté d’autre époux que le Christ. Elle veut y vivre recluse jusqu’à la fin de ses jours. Avant de pénétrer la chapelle sacrificielle, Esclarmonde s’échappe pour goûter une dernière fois la fraicheur de la nuit, admirer le ciel étoilé, écouter le doux murmure du ruisseau, humer les senteurs sauvages des sous-bois. Mais elle y fera une terrible rencontre, celle d’un homme qui « sentait le vin et la guerre », qui la prendra sauvagement, et la laissera ensuite à son triste destin.

9 mois plus tard, bien qu’emmurée depuis, un enfant naîtra. La rumeur ira bon train.  C’est un miracle, on accourt des quatre coins de la région pour voir la pucelle emmurée qui a enfanté un ange. Les pèlerins, les pénitents se réunissent sous les barreaux de sa cellule, elle écoute leurs prières, elle ne leur ment pas, elle les laisse croire. Etrange destin qu’est le sien, par cet enfant, le monde qu’elle désirait tant fuir vient à elle.. L’enfant l’accapare, elle sent son sentiment maternel grandir en elle aux dépens de l’amour exclusif qu’elle a promis à Dieu. « Dieu m'occupait moins que Ses créatures désormais, et je ne me lassais plus de les regarder, de les écouter, tentant de comprendre quels ressorts animaient leurs petites cervelles. Je ne redoutais plus leur jugement, ni même celui de Dieu. Je n'avais pas menti, je m'étais contentée  de taire une vérité que personne n'avait envie d'entendre et mon silence avait offert un espace blanc  à broder, un vide dont chacun s'était emparé avec délice ».

De sa cellule mystique, Esclarmonde va mener le monde et connaître la plus grande des souffrances infligées à une femme, celle d’être arrachée à son enfant. « L’enfantement n’était pas seulement une torture physique, mais une peur attachée comme une pierre à une joie intense. Les mères savaient déjà la mort à l’œuvre  dès le premier souffle de leur enfant, comme accrochée à leur chair délicate. Souviens-toi que tu es poussière ! »

 

C’est son fantôme qui s’adresse à nous, c’est son murmure qui s’échappe des murs du domaine quand le vent s’y engouffre.

 

Carole Martinez déjà primée de nombreuses fois pour son premier roman « Le cœur cousu » en 2008, nous offre avec son second roman un grand moment de littérature. Elle se démarque des autres romans de la rentrée en osant une histoire médiévale, une écriture poétique quasi-mystique d’une grande puissance d’évocation. Esclarmonde et tous les personnages du roman prennent vie sous sa plume,  leur histoire est au fond  notre histoire, celle  de la condition féminine et de la liberté.

Rien à rajouter, c’est du grand art !

Du domaine des Murmures est sélectionné pour, le prix Médicis, le prix Renaudot et le prix Goncourt

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

amazone 04/11/2011 11:44



reçu 5/5 ma liseuse de soeur  tu sais que je vais adorer!   bien que perso la notion de sacrifice se soit perdue dans la nature!!!!  à plus pour d'autres coms que je ne peux
te laisser ici  love The best



dasola 08/10/2011 15:31



Bonjour Dominique, oui, ce roman est court mais grand pas ses qualités d'écriture. Il semble faire l'unanimité sur la blogosphère. Bonne journée.



tinon, ton amie marseillaise 06/10/2011 20:10



Bonsoir, ma bien chère Mimi, ma litteraire, me voici, sur ton joli, sympa blog, nous racontant ce que notre tite
avignonaise préférée lit, car elle lit beaucoup et ça doit la passionner énormément, en a rêver peut-être. Je passais te souhaiter une bonne soirée, une bonne nuit avec des beaux rêves. Câlins à
Noon. Puis, je te souhaite une bonne fin de semaine, un bon week-end. Au plaisir, à bientôt, car il me tarde aussi de te lire à nouveau quand tu peux, je t'adresse mes très tendres, mes très
sincères amitiés, je t'embrasse très fort, ta douce, ta gentille amie, ta tite marseillaise.






ANTO 06/10/2011 13:38



Salutè Dumè


 


 Le nom du héros ne m'incite guère à lire cet ouvrage .Les gens de la pseudo noblesse commencent à me courrir à commencer par "de nagy bocsa"


bonne journée ici temps estival mais ça se gâte,,a++bise



Daniel.L 06/10/2011 11:05



bonjour!  dans la réalité, rien a changé... mais ce qui me fait peur, dans ces romans et histoires, c'est l'attachement au "père céleste", et la croyance de
ces enfants... ! les religions me font peur... tout ça à cause de la peur de la mort... ! bonne journée, à bientot!



trublion 06/10/2011 10:54



je veux bien te croire !


que de ressemblance avec l' univers des apparences de notre siècle !


 bonne journée Mimi


 gros bisous






Charme 06/10/2011 09:44



Tu semble emballée par ce roman....Et tu le dis tellement bien que cela donne vraiment envie de le lire.........Bisous Sourires......



Anne 06/10/2011 08:34



Bonjour Domi ! En te lisant et sans lire Rémy j'ai tout de suite pensé comme lui ... un bon film il ferait ! Je pense néanmoins que je pourrais m'accrocher à cette histoire ... Qui sait ?
En tout cas belle promo pour ce livre ! Un bisou et bonne journée !



OUPAS 06/10/2011 08:00



BONJOUR MIMI !


 


        Esclarmonde ? Difficile de placer un tel prénom !


        Quoique, Jules Massenet en fit un Opéra, tout aussi tourmenté !


 


        http://www.youtube.com/watch?v=LtiIpIJ5J2Q


        Bon ! Ce n'est pas "Esclarmonde", mais c'est tellement beau !


 


        En fait ce roman parle trois langages. Des traditions ancrées dans les croyances au phénomène de foire en passant par le fait divers
journalistique !


        Il doit accrocher une belle brochette de clients et ferait un bon scénario !....Non ?


        Pour moi, il me ferait l'effet d'un grand plats d'épinards aux oeufs ! C'est bon pour la santé, mais pas pour le plaisir !


 


Bisous Mimi !



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents