Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Domi-mots

A Domi-mots

Merci aux maisons d'éditions qui me font confiance en me proposant des partenariats et aux auteurs qui m'adressent leurs derniers ouvrages. Chaque chronique est partagée sur mes comptes Facebook, Babelio et Twitter


Ils attendaient l’aurore de Claude Michelet, Ed. Robert Laffont

Publié par Dominique84 sur 7 Mai 2011, 07:19am

Catégories : #Mes lectures

C’est le 11 novembre, un groupe de jeunes étudiants se retrouve Place de l’Etoile pour commémorer l’Armistice et la fin de la Première Guerre Mondiale, mais nous sommes en 1940 et la France se trouve de fait inféodée à l’Allemagne nazie.

Cette commémoration est en réalité une manifestation anti-allemande et la police ne tarde pas à intervenir pour arrêter ces jeunes inconscients. Jean, est parmi eux et sans trop savoir pourquoi, il y a participé. Dans la panique il réussira à s’enfuir mais dans sa course folle il heurtera un gendarme qui lui arrachera son veston. Il est désormais un fugitif recherché par la police Que faire ? Où aller ? Il pense alors se réfugier chez son meilleur ami Albert. Mais c’est ici que leur route se sépare. Albert, croit que la France a tout à gagner en collaborant, il croit en la toute puissance de l’Allemagne, il croit aux futurs vainqueurs.

Il ne reste à Jean qu’une solution, aller sonner à la porte d’une jeune journaliste américaine rencontrée quelques semaines auparavant. Mary l’amène alors se cacher chez Claire Diamond qui dirige une maison de couture. Elle habille le tout Paris, elle fréquente les hauts dignitaires allemands prêts à dépenser de petites fortunes pour leurs petites Françaises. Quel jeu joue-t-elle ? sinon un double jeu puisque Jean comprendra bien vite qu’elle a un rôle important dans les réseaux de Résistance qu’il finira par rejoindre.

Albert, quand à lui, restera fidèle à ses convictions et sautera à pieds joints dans le monde de la collaboration, n’hésitant pas à trahir, à dénoncer ses connaissances, ses amis étudiants, Coupable de délation, oui mais pour la bonne cause dira-t-il. Le troisième larron, c’est l’insouciant René, plus préoccupé à satisfaire ses désirs que d’adopter une idéologie, le jouisseur qui n’a que faire de la politique et qui ne se sent pas concerné. Il sera enrolé de force dans le STO au fin fond de l’Allemagne.

Autrefois, ils étaient trois, trois amis inséparables, la guerre aura eu raison de leur amitié. Ces 3 amis ont chacun répondu à l’angoisse d’un avenir sombre, la guerre ayant scellé le destin de chacun, irrémédiablement. C’est à travers eux que Claude Michelet retrace cette période dramatique où des milliers d’hommes et de femmes se sont vus confrontés à des choix, bien malgré eux. Claude Michelet nous dit avoir porté ce livre en lui depuis le jour où sous ses yeux, la Gestapo arrêta son père, grand résistant, pour l’emmener à Dachau. « Pour écrire ce roman, où j’ai voulu aborder sans complaisance ni détours, et avec la plus grande rigueur historique, toutes les facettes de l’occupation, j’ai replongé dans un temps qui a marqué ma jeunesse, et qui imprègne maintenant l’automne de ma vie ».

Commenter cet article

baine 08/05/2011 23:05



coucou Domi


comme beaucoup j'ai vécu cette guerre au travers des récits fait par ma maman elle avait 13 ans à l'époque et je garde en mémoire le bruit  de mes pas sur des graviers et le chagrin
des adultes


bonne soirée bisous



Bidule 08/05/2011 22:06



Merci pour tes encouragements !! Je viens te souhaiter une bonne soirée ..et surtout te faire un gros bisou !!









daniel.l 08/05/2011 12:13



bonjour! une période difficile à vivre, et je suis heureux d'être né après la guerre!  qu'aurions nous fait?  bonne journée, à bientot,
daniel!



Missnik 07/05/2011 18:59



Ce livre  me paraît intéressant ! Période sombre où il est difficile de dire ce que l'on aurait fait à l'époque sinon accepter ou résister ... Mon père et ma mère ont résistés ...
Ils ont pédalé dans la nuit ! tant de delation à l'époque ! snif !


Pour répondre à ton com je dirais que les idées noircissent souvent pour des conneries ... alors si connerie avèrée ....  mieux vaut tourner la page et ne plus y revenir ! hi hi !
Bisous et bon WE



trublion 07/05/2011 18:25



il est difficile de faire des reproches à quelqu'un persuadé d' avoir raison !


 et la Guerre, comme l' occupation perturbe les jugements !


Ce roman montre la diversité de penser !


 Mais, en ce qui me concerne, même si je ne pense pas comme tout le mond, je me refuse à médire, ou à dénoncer un ou une amie, quitte à en souffrir !


 bonne soirée Mimi


 gros bisous, et bon dimanche



fanfanchatblanc 07/05/2011 13:45



Une histoire fort passionnante à la lecture de ton résumé... et une jolie balade dans Paris avec ces jolies cartes postales. Toujours agréable de se poser dans ton salon de lecture. Je t'embrasse
en te souhaitant un joyeux week-end. fanfan



Véronique-61 07/05/2011 09:00



J'ai oublié dans le comm. précédent, j'adore les romans de Claude Michelet, celui là je ne l'ai pas lu mais je vais bientot réparer cet oubli !


 



Véronique-61 07/05/2011 08:56



Pour revenir sur ton commentaire, sais tu que j'ai connu Christian Poincheval dans les
années 70', à l'époque il a connu un "petit succès" avec un groupe de musique Les Poinchevaux, c'était de la musique folk à la Bob Dylan, j'aimais beaucoup ... dommage maintenant le groupe est en
sommeil et il se consacre à ses inventions. Bon weekend ma belle, bises.



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents