Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Domi-mots

A Domi-mots

Merci aux maisons d'éditions qui me font confiance en me proposant des partenariats et aux auteurs qui m'adressent leurs derniers ouvrages. Chaque chronique est partagée sur mes comptes Facebook, Babelio et Twitter


Lame de fond de Linda Lê, Ed. Bourgois

Publié par Dominique84 sur 29 Septembre 2012, 16:36pm

Catégories : #Mes lectures

Image and video hosting by TinyPic 280 p. 17 €

Il n'avaitque la quarantaine quand sa femme a foncé sur lui au volant de sa  voiture et l’a écrasé. Aujourd’hui, enterré au cimetière de Bobigny, il se livre à une sorte d’introspection.

Comment en est-il arrivé là, lui le correcteur nihiliste, passionné des mots, exilé politique après la prise de pouvoir des Nord-Vietnamiens en 1975 ? Il avait tout laissé derrière lui, sa mère qui a économisé sou après sous pour lui offrir une nouvelle chance de vie en France, ses souvenirs, Puis, il avait rencont'é Lou, petite Bretonne devenue au fil des ans jalouse, excessive, autoritaire et avec qui il a eu une fille, Laure, jeune adolescente aux prises avec la rébellion de son âge.

Dans le silence de la mort, Van fait un flash back sur sa vie sentimentale, familiale et professionnelle. Lui qui aurait pu devenir un brillant universitaire, a préféré travailler dans l’ombre comme correcteur dans les maisons d’édition.

Alors que son mariage bat de l’aile, il rencontre Ulma, la belle Ulma qui, on l’apprendra plus tard est la cause indirecte de sa mort.

 

« Il lul lui fallait du nouveau, quand notre vie conjugale n’engendrait que du déjà vu. Il lui fallait du l’insolite qui l’aurait régénéré. La lettre d’Ulma, coup de tonnerre dans un ciel apparemment serein, le contraignait à sortir de sa coquille ».

 

Mais qui est cette Ulma ? Quels sont les véritables liens qui l’unissent si étroitement à elle ? Van lui-même ne se l’explique pas

 

« Je n’aurais pas aimé Ulma avec cette passion frénétique si elle n’avait pas été révélatrice de ce qu’il y a de plus obscur en moi. (…) Nous étions comme deux fragments d’un même vase qui s’ajustaient merveilleusement l’un à l’autre (…) L’aimer, c’était pour moi qui m’étais toujours senti en exil, me découvrir une patrie, n’être plus étranger en phase avec personne ».

 

Tour à tour, chacun des personnages devient le narrateur de cette histoire, confiant leur ressenti comme dans un journal intime partagé. C’est un roman à quatre voix sans aucun dialogue puisqu’il traite de l’incommunicabilité au sein de la famille, la méconnaissance de l’autre, de l’exil sous toutes ses formes. C’est un roman sur l’appartenance à une culture, sur la recherche d'identité servi par un style épuré mais puissant. L’auteur semble insister sur la cruauté des mots, leur traitrise, leur pouvoir. Ils servent autant à aimer qu’à blesser, voire tuer. Ici, c’est la mort qui délie les langues, les mots courent sur les pages du journal intime, teintés pour certains de remords pour d’autres de tentatives d’explications. Un roman subtil, passionnant, en un mot… BEAU !

Commenter cet article

fanfanchatblanc 30/09/2012 16:59


Une histoire qui semble passionnante... j'aime beaucoup la couverture... Bisous Mimi... bon dimanche et ravie de te savoir toujours là... 

denis 29/09/2012 18:05


une auteure dont on ne dit que du bien et que je n'ai pas encore lue

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents