Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Domi-mots

A Domi-mots

Merci aux maisons d'éditions qui me font confiance en me proposant des partenariats et aux auteurs qui m'adressent leurs derniers ouvrages. Chaque chronique est partagée sur mes comptes Facebook, Babelio et Twitter


Le diamant noir du Ventoux - la truffe.

Publié par Dominique84 sur 12 Février 2010, 00:37am

Catégories : #La Provence de Domi

Commenter cet article

Patrick - L'autunois. 26/02/2010 17:32


La truffle !!!!!!! A vrai dire je n'ai pas l'occasion d'en manger souvent. (rire)


dalinele 19/02/2010 19:41


mmmm j'aimerais goûter! pas juste des supposées miettes dont on ne sent pas le goût, à se demander si elles sont vraiment là....


EasyDoor 17/02/2010 14:47


J'ai eu qu'une seule fois la chance de
manger cet étonnant champignon. Il a parfumé les oeufs et mes petites cellules grises. Quel délice !


Axel21 15/02/2010 22:59


Bonsoir ma Domi. J'arrive quand tout a été dit sur les truffes. Tout? Peut-être pas. Car j'en ai connu des glands mariés avec des truffes...en général, ils n'avaient pas le temps de fêter leurs
noces de chêne! J't'avais dit! Bisous


cleopatre 14/02/2010 09:49


le diamant noir un vrai trésor. IL y a fort longtemps, un copain Dauphinois, amateur de givier, de champignons , un peu braconnier sur les bords !!!!!) nous offre un de ces diamants noir
découvert sous un chêne truffier (il connaissait le coin mais bien sûr ne le divulguait pas !!! Il nous dit que pour manger des omelettes à la truffe, il suffisait de mettre les oeufs avec la
coquille dans un bocal avec la truffe et de les laisser quelques jours.  Je suis ses conseils et surprise trois jours plus tard  j'ai découvert une multitude de minuscules asticots
bien blancs sur la truffe. Nous ne saurons jamais si l'omelette aurait été bonne, j'ai tout jeté !!!!! Il faut dire que ce sont les asticots qui me répugnent plus que tout !!!!!!! Mais aujourd'hui
c'est la saint valentin, alors passe une bonne journée et calins à ceux que tu aimes d'amour ou d'amitié !!!




day_lys 13/02/2010 14:47



hum tu me mets l'eau à la bouche, avant je n'aimais pas la truffe mais depuis quelques années, je l'adore.... comme quoi !!! on peut changer. Je te souhaite un bon we. bisous" />



kinou31-36 13/02/2010 14:21


Bonjour ma Mimi. Je passe te souhaiter un bon week-end. Entre la saint Valentin et le nouvel an chinois, il va y avoir de quoi s'occuper. lol !! Bisous. @+


♫ Olympia ♫ 13/02/2010 13:24



Petit coucou pour te souhaiter
un bon week end, gros bisou gelé ..lol
a bientôt



mamie loulou 13/02/2010 12:24


bravo a pépéte et imprévue, les truffes sont au dessus demes moyens, bisous bonne journée


Tinon 13/02/2010 11:16



Bonjour, mimi,

mon petit passage pour te souhaiter un bien bon week-end. J'espère que j'aurais de tes nouvelles. Gros bisous, tinon.





bb et la musique 13/02/2010 10:59


L'année denière nous avons chanté avec mon ancienne chorale pour la fête de la truffe.Bon samedi "Mimiamie".BBises


Yannamar 13/02/2010 10:52


  Bonjour, là c'est sûr que ce n'est pas ton nouvel article qui va nous endormir....
BISALADOMIKIPIONCE.


Anoucha 13/02/2010 08:46


Et bien, j'espère que tu n'avais pas prévu d'autres activités pour le week-end que la lecture de tes com!!!!
Chez un collègue de mon mari, en Dordogne, j'ai eu la chance de voir un jour un chien (un caniche) chercher et...trouver des truffes, c'était vraiment impressionnant!
Bon week-end  A+


thili-lou 13/02/2010 08:28


Vu la longeur de certains coms , je vais faire court ! je te souhaite un bon samedi ! Que ne ferait pas certaines pour étaler leur soit disant train de vie ! mais çà c'est mon avis perso ! tu me
connais ma Domi, il faut toujours que je  ramène ma ...truffe  lol ! gros bisous à toi


♣♣♣talonaiguille ♥♥♥ 12/02/2010 21:50



Bonsoir domi... l'or noir !! quel délice, cette truffe !!... aurais-tu des recettes pour l'utiliser ??... je te souhaite une excellente soirée et un we d'enfer !! gros gros bisous - claire




pilaut 12/02/2010 20:29


Je n'ai pas de truffes ,juste trois roses.Elles ne fâneront pas.
Bonne soirée et merci.
Bisous MIMI,a bientôt


yannamar 12/02/2010 20:25


Es-tu morose ? c'est d'un triste chez toi......je ne te reconnais plus... BISALADOMIKEPAGAI.


yannamar 12/02/2010 20:22


Il ya des coms c'est pire que des articles ..... plus long que ceux de celui qui écrit sur le fameux Fort. BISALADOMIKILIRAPATOUCESOIR.


Evelyne 12/02/2010 17:49


Bonsoir Ma Cigale ..tu vis vraiment dans un endroit riche en tout ! la truffe est un produit de luxe dont les plus chanceux se délectent ! à 800 € le kilo , ce n'est pas un produit de SDF ..lol...
Il doit y avoir une différence d'arôme entre les truffes de plantation et les truffes sau vages .. de prix aussi !!! j'en ai mangé quelques copeaux , je crois , mais c'était il y a bien longtemps .
La France doit être le seul pays privilégié de la culture de la truffe d'où son prix astronomique ! Imprévue a du être bien dressée  par son maître ..mdr..quant à Pepette c'est
certainement tout naturellement qu'elle est experte , puisque les truffes ont des parfums assez proches de ceux contenus dans les organes sexuels des porcs !!!
c'est ce que j'ai lu en tous cas ...
Pour la Saint Valentin peut-être une omelette aux truffes chez Mimi  ? Je te souhaite un bon WE , une bonne fête des amoureux , et te fais de très gros bisous - Eve


ALLEGRA 12/02/2010 16:00


Bonjour ma Domi, excellent article pour ce diamant noir qui ne vaut pas à mon avis le prix qu'on en demande...C'est surfait... Ok c'est pas mal dans une omelette ou dans des coquillettes comme au
Drugstore à Paris mais franchement trop cher payé pour le goût qui reste dans la bouche, celui de l'amertume de l'avoir surpayée, je parle de la truffe bien évidemment... Nous avons fait un diner
chez un ami, tout entier aux truffes, il y en avait partout et la maison toute entière en était embaumée, depuis ça m'est resté dans le nez LOL... Une autre anecdote... Un dimanche midi nous
déjeunions chez un ami farceur... Il nous a servi en entrée du foie gras et par dessus il y avait une rondelle de truffe, la mettant dans la bouche, je me dis tiens c'est bizarre c'est drôlement
caoutchouteux. Eh bien figure-toi qu'il avait mis une rustine de vélo sur chaque tranche de foie-gras le coquin, nous avions bien ri de nous être laissés prendre. Maintenant quand je pense
truffe je pense à la rustine LOL...Bisous ma belle et bon w.e. 


tinon 12/02/2010 15:43



Je te remet à partir du premier octobre suivant dans l'histoire de la truffe et comme ça, tu peux voir la fin.
Le 1er octobre suivant, un autre messager nommé Pélerin, envoyé par Jeanne d'Armagnac, restée à Mehun-sur-Yèvre, apporta à Jean, de la part de la duchesse, qui connaît le
faible de son mari, un panier de truffes, et le duc donne à ce messager 20 sous tournois pour les frais de son retour en Berry. Ce premier envoi est suivi d'un second au bout de cinq jours
seulement".
De nouveaux envois sont signalés les 11 et 12 novembre 1376. Quelle imprudence de la part de la duchesse ! Il est vrai qu'elle ignorait probablement les vertus secrètes de la truffe ce qui ne fut
pas le cas semble-t-il de la cour de François 1er où les dites vertus puissament aphrodisiaques semblent avoir été judicieusement exploitées.


Les Maures connaissent la truffe et le grand médecin arabe Avicenne en disait le plus grand bien et la recommandait aux malades.
Encore des truffes sur la table lors du mariage de la reine Isabeau à Paris en 1384 "mais de saveur médiocre, comme les truffes de Bourgogne".
On connaît même les truffes blanches du Piémont (Tuber Magnatum) à la cour de Henri II grâce aux cuisiniers florentins de Catherine de Médicis. "On les servait cuites dans l'eau, sans autre
assaisonnement. Les rôtisseurs jurés de la bonne ville de Paris les présentent à l'étouffée. On les sert sous des serviettes avec des vins blancs et capiteux".


C'est tout au long de l'histoire de France, si l'on excepte une courte période durant la Révolution, que la truffe est abondamment citée par les chroniqueurs. Peut-être la Régence
est-elle l'époque où la consommation de truffes atteignit son apogée.
On prétend même que la truffe a joué à de nombreuses occasions un rôle historique et politique. Elle serait notamment à l'origine de la naissance du Roi de Rome, grâce à la recette qu'un officier
des grenadiers de la garde confia à l'empereur Napoléon 1er. Ce grenadier attribuait ses nombreuses paternités à la vertu des truffes qu'il dégustait dans son Sarladais natal. Au
retour d'une permission il en rapporta une pleine musette à Napoléon et le résultat ne se fit pas attendre, Marie-Louise mit au monde le Roi de Rome.
En 1826, le Ministère de Villèle fut suavé grâce "aux nombreux arrivages de truffes payées avec des mandats du trésor" d'où le nom de ministère truffé qui lui fut attribué.


La truffe fut, tout au long du XIXème siècle une sorte d'aliment de la vénalité gastronomico-politique :


"De nos festins tu décores la table
Et de ton suc, repu dès le matin
Tel député, qu'on croyait intraitable
Change de boule en allant au scrutin"


ou encore : "Le député, au poids et à l'odeur ... reconnaissait la nature du cadeau".


Bien entendu, les ministres et les députés n'étaient pas les seuls à succomber aux charmes de la truffe et les ecclésiastiques commettaient pour elle de gros péchés de gourmandise
:


"Les gros décimateurs du clergé résidant au loin, conservaient un si agréable souvenir de la cuisine qu'ils avaient été à même de goûter chez les chatelains du Périgord, que chaque
fois qu'ils renouvelaient les fermes de leurs paroisses, ils ne manquaint pas de se réserver, soit des truffes, soit les meilleurs produits des traiteurs périgourdins. En 1754, un abbé affermant
au château de Tenteilhac, paroisse de Bourg-des-Maisons, se réserva pour pot de vin une balle de truffes belles et recevables".


Et qui ne connaît les trois messes basses des "Lettres de mon moulin" :"Oui mon révérend, deux dindes magnifiques bourrées de truffes. J'en sais quelque chose
puisque c'est moi qui ai aidé à les remplir. On aurait dit que leur peau allait craquer en rôtissant, tellement elle était tendue ..."
"Jésus Maria ! Moi qui aime tant les truffes ! ... Donne moi vite mon surplis, Garrigou ..."


C'est enfin Alexandre Dumas qui nous donne la conclusion : "Les gourmands de toutes les époques n'ont jamais prononcé le nom de la truffe sans porter la main à leur chapeau".

Voilà. Avec moi tu as de la lecture. Au plaisir d'avoir de tes nouvelle et de te lire.  Je te souhaite une bonne fin de semaine. Un agréable week-end. Je t'embrasse, ta tinon pour son
avignonaise préférée.



tinon 12/02/2010 15:34



Bonjour, ma mimi. Me voici. Un bon article que tu as mis sur la truffe. Tien, moi, je te met en ajout quelque chose aussi.



Riche en truffes ... le Richelais d'autrefois !


Dans le Richelais (si proche du royaume des truffes que fut la Vienne, longtemps l'un des premiers départements producteurs en France), la trufficulture était
florissante il y a moins d'un siècle. Ainsi, on commercialisa jusqu'à 20 tonnes de truffes, en 1882, sur le Marché de Richelieu. Une époque bénie pour les nombreux vignerons reconvertis en
trufficulteurs après l'abandon des vignes détruites par le phylloxéra. Une époque durant laquelle se construiront dans toute la contrée de superbes maisons, édifiées grâce à la fortune amassée
rapidement par ces "nouveaux riches" du Richelais.
C'est à la fin du XIXème que la cité du célèbre cardinal connaîtra ses plus gros marchés truffiers. Des marchés qui, malgré le déclin de la trufficulture, se prolongeront jusqu'en
1920.


... C'est autour de cette fameuse fontaine de la place des Halles que se groupaient à la tombée de la nuit chaque lundi, jour de marché, dès la fin novembre, mais
surtout à la mi-décembre, les marchands de truffes venus de Marigny-Marmande (jusqu'en 1901-1902), de Pouant, Neuil, Maulay, Saint-Marçolle, Beuxes et Loudun (jusqu'en 1918-1920). Les
transactions ne duraient pas plus ... d'une demi-heure à une heure !
Jusqu'en 1914, les petits récoltants du "diamant noir de la cuisine" les apportaient à l'usine de conserverie Guimier, d'où les joyaux du sol étaient expédiés à Paris. Une vieille richelaise se
souvient aujourd'hui "de la forte odeur qui chaque lundi régnait sur la place". On raconte même que dans les années 20, un habitant logeant sur la place intenta un procés, se déclarant fortement
incommodé par l'odeur des truffes les jours de marché.


... C'était au temps où, comme l'écrivait Balzac dans "César Birotteau" : "Devant le foyer à charbon de terre, le feu dorait une omelette aux truffes ..."





L'HISTOIRE DE LA TRUFFE.


Il semble que depuis les temps les plus reculés, l'homme ait été attiré par les champignons, soit qu'il fût séduit par l'infinie variété de leurs formes et de leurs couleurs ou par le mystère de
leur naissance, "résultat de la conjonction du ciel et de la terre"", soit qu'il en appréciât les suaves qualités gustatives.
En ce qui concerne le plus prestigieux de ces champignons - la truffe - certains auteurs font remonter au temps de Jacob la première mention de son utilisation, soit environ 1600 avant
Jésus-Christ. mais ces sources historiques donnent lieu à contestation. "Dans des temps plus anciens, rien ne permet de dire que les Egyptiens ont connu la truffe. Au contraire, tout laisse
supposer que les Pharaons l'ont ignorée. Cléopâtre épuisa les trésors et toutes les ressources de la science culinaire pour donner à Antoine des festins somptueux et quoique voisine de la Lybie,
elle ne songea pas à y faire chercher des truffes pour en régaler le somptueux Antoine. pas plus les livres de Moïse, où pourtant tout est si précis, les préceptes du lévitique l'auraient sans
doute prohibée, avec tant d'autres aliments dont ils interdisaient l'usage, si elle avait été connue. Les mots tuber, tubera, ne sont pas écrits une seule fois dans aucun des livres qui composent
la Bible". (D'après J. Lagrange).


Cependant, comment pourrions-nous croire que les hommes préhistoriques qui ont habité les célèbres grottes et abris sous roche des Eyzies ou de Montignac-Lascaux en Périgord, au coeur même du
pays truffier, auraient ignoré la truffe? La présence de truffières productives tout près des entrées des cavernes ne pouvait pas les laisser indifférents si l'on veut bien tenir compte de
l'extraordinaire acuité de leurs sens et notamment de leur odorat particulièrement subtil par nécessité vitale. De là à penser qu'ils consommaient et appréciaient ce champignon si parfumé, qu'ils
pouvaient même manger cru, il n'y a qu'un pas que nous franchissons allègrement sans grand risque d'être démenti.


L'auteur le plus ancien serait Théophraste (372-287 av. J.-C.) qui expliquait ainsi l'origine des truffes : "végétaux engendrés par les pluies d'automne accompagnées de coups de tonnerre".
Dioscoride, Cicéron, Pline, Plutarque, Juvénal, Athénée de Naucratis émettent avec quelques variantes les mêmes opinions car tous croyaient à la génération spontanée des champignons "Enfants des
Dieux". Ajoutons que la truffe figurait en bonne place sur les tables de Lucullus.
Le dernier des Apicius (Maître de bouche célèbre à Rome) fit parvenir à Trajan, en guerre contre les Parthes, des truffes et des huîtres qui, malgré la longueur du trajet et l'excessive chaleur,
parvinrent très fraîches à leur auguste destinataire. Au cours du repas en présence d'Abgar V, roi d'Edessa, Arbaudis, le fils d'Abgar, exécuta avec une grâce ravissante une danse qui étourdit
Trajan. Les Etats ne furent pas réduits en province romaine. Quel rôle joua la truffe dans la négociation ? (D'après J. Lagrange).
Dans ses satires qu'il composa sous le règne de Domitien, en 82 de notre ère, Juvénal parle de la truffe comme d'un mets recherché, ce qui peut porter à croire qu'il n'était pas encore fort
ancien, que sa rareté et sa délicatesse ne pouvaient convenir alors, comme il le dit lui-même, qu'à des dissipateurs et que même les hommes sensés considéraient l'usage de ce tubercule comme
dangereux pour les moeurs des jeunes gens.
Mais à qui l'empire romain doit-il la première connaissance des truffes? Il est à peu près certain qu'elles vinrent de Lybie (Cyrénaïque et Marmarique). Selon l'abbé Fleury (Histoire
ecclésiastique) dès le temps de l'apostolat de Saint Marc, sous Caligula, Claude et Néron, les premiers anachorètes, Esséniens ou Thirapeutes, chrétiens, se retirèrent du monde pour des raisons
diverses. Se sont-ils nourris de truffes du désert? Les marchands caravaniers en ont-ils eu écho ? On peut le penser. En l'absence de toute autre indication, précise et historique. Le prototype
des cénobites du désert, c'est Saint Antoine que l'on représente, dans les très anciennes sculptures, avec un porc.
Les truffes qui circulaient en Gaulle disparurent dans le grand cataclysme barbare. On ne les retrouve plus dans les recettes culinaires du Moyen-Age. (D'après J. Lagrange).


Mais il faut attendre le quatorzième siècle pour qu'elle fasse son apparition à la table des princes. Sous le règne de son frère Charles V, Jean de France, Duc de Berry (troisième fils de Jean le
Bon) toujours en quête du nouveau et du rare, occupé sans cesse à rechercher les belles et bonnes choses, s'empressait de faire profiter sa table d'un aussi succulent comestible ainsi que le
précise le Bulletin de la Société Archéolique du Périgord.
"Aussi dès le 4 septembre 1370, au cours d'un voyage qu'il fait à Paris, nous le voyons allouer 60 sous à Jean des Prés, l'un de ses messagers "qui apporta au bois de Vincennes des truffes à mon
dit Seigneur". Quinze jours plus tard, une gratification de 40 sous est accordée à ce même messager "lequel apporta à mon dit Seigneur des truffes en son hôtel à Paris".
Le 1er octobre suivant, un autre messager nommé Pélerin, envoyé par Jeanne d'Armagnac, restée à Mehun-sur-Yèvre, apporta à Jean, de la part de la duchesse, qui connaît le faible de son
mari, un panier de truffes, et le duc donne à ce messager 20 sous tournois pour les frais de son retour en Berry. Ce premier envoi est suivi d'un second au bout de cinq jours seulement".
De nouveaux envois sont signalés les 11 et 12 novembre 1376. Quelle imprudence de la part de la duchesse ! Il est vrai qu'elle ignorait probablement les vertus secrètes de la truffe ce qui ne fut
pas le cas sem



jo0495 12/02/2010 15:08


 je ne sais ce qui s' est passé , mon 1er commentaire  m' a fui , des mains  sans que j' ai pu te dire  bonne journée bises à prestu  JO .


Akina 12/02/2010 15:03


Bonjour Domi ! Bravo pour les truffes .... Chez moi nous avons le bon vin d'auvergne (enfin heu ! il est meilleur qu'avant ) Nos compagnons du "'bousset" le défendent tout vêtu de rouge
! des joueux lurons ! J'aime bien ces compagnons ... vas savoir pourquoi ? J'aime bien les confréries en général ... celle de la ficelle (st pourcain).... des lentilles (le puy) ... de la
pansette(gerzat)   .... du fromage (les gourmandins) et d'autres en auvergne ! Mais un monde masculin pour la plupart ! Pourquoi diable n'acceptent -elles pas les femmes .... je ne
demande que ça moi ! Un bisou ma bichette d'avignon 


jo0495 12/02/2010 15:00


j' ai lu avec intérêt , ton article sur la truffe ! ici,  j' ai ouie dire que certains , entreprenants , on le projet de l' introduire, dans unecertaine région ( BALAGNA) . je sais qu' il y
en  a dans certains coins ( orezza) mais le secret est jalouseusement gardé!!!!!


kinou31-36 12/02/2010 14:17


Bonjour ma Mimi. Mais, je croyais qu'on n'utilisait plus les cochons truffiers car ils se régalaient de leur trouvaille contrairement au chien ??? !!!  Enfin, je n'ai jamais mangé de truffes
et pourtant..."Pépette" c'est le petit surnom tout doux que m'a donné mon cher et tendre. MDR !! Passe une bonne journée. Bisous. @+


Maudh 12/02/2010 13:13


merci pour ton gentil com ..oui les truffes c'est tres bon ..j'adore mais c'est cher c'est le probleme ..gros bisous et a bientot


trublion 12/02/2010 12:41


je n' ai pas eu l' occasion de me faire une idée sur la truffe, mais j' ai eu l' occasion, en Suède, de me retrouver devant un plat de caviar à déguster à la mode de là bas ! C' est à dire , une
cuillérée de caviar, collée à du fromage blanc, et hop , pour faire passer, un alcool blanc dont le goùt me semblait être celui de la vodka !
Bien sur j' ai fais comme si il s' agissait du nectar des dieux, mais j' avoue m' en être retourné avec le sentiment que c' était surtout une question de prix !
Alors que te dire, sinon qu' un plat de chamignon de Paris me suffit !
 bonne journée Mimi
gros bisous


Monica 12/02/2010 12:06


je repassait par la  et j ai vu le ventoux  sous la neige ..

 elle hiverne partout cette neige loll


biquette59660 12/02/2010 10:40


Bonjour domi chez nous c'est grand soleil mais -7 il n'y a plus le vent du Nord c'est déjà pas mal je te souhaite une bonne journée gros bisous


Véronique-61 12/02/2010 10:07


Je me demande si je n'ai pas une préférence pour la petite truie .... mdr
Je plaisante, il n'y a que Yann qui y verra le "mal".... mdr.
Quand à la truffe, je ne suis ni connaisseuse ni amatrice et son prix a de quoi faire peur !
Mais bel article en tout cas, très intéressant.
bises.


anto 12/02/2010 09:57



Salutè a tè :j'ai beau regarder sur cette image du Ventoux je ne vois pas de chênes ,mais comme je sais qu'ils sont plus bas cela n'a pas d'importance .passe une bonne journée bises...... ici il a
neigé et c'est tout blanc ,je vais faire quelques photos a+++


thili-lou 12/02/2010 09:34


Je crois que je n'ai jamais mangé de truffes ! mais j'ai un labrador, alors je peux l'entrainer à cherche le diamant noir non ? passe un bon vendredi, je te fais de gros bisous .


OUPAS 12/02/2010 09:22


BONJOUR MIMI !
Je trouve que le prix de la truffe est surfait ! La "démarche" est la même que celle du caviar, du foie gras et de quelques vins, c'est le prix du "snobisme" ! Non ?
Enfin ! Moi je ne cours pas après.
Quand je fais des plats avec des champignons, je choisi des girolles, des coulemelles, des mousserons et éventuellement des morilles (Un filet de canard aux morilles ! Hummmm!). Je n'aime pas les
cèpes ni les bolets, trop éponges !
Bon ! J'ai déjà pris 1 kg, rien que de le dire !
Bisous Mimi !


michel 003 12/02/2010 09:15


re bonjour dominique mon 1er com's ??????  il on du ce gelée les truffes il fesait un temps cochon et de chien ce jour la!!!!!  hihihihihi tien pour la saint valentin un diamant du
ventouxhihihi ail ail c'est pas moi qui les dits c'est dominique  hihihi  hier temête de neige sur nice et la côete d'azur  résultat tout bloque plus rien marcher autoroute 
tram bus electricite exct...ce matin sa glisse sur les routes la neige et encore la  et il fait froid bien pour l'ouverture des fêtes de carnaval le roi va ce gelée les confétis 
hihihihihi et nous aussi aujourd'hui soleil ciel bleu mer meditérranée la grande  bleu et blanc  hihihi  je te souhaite un bon vendredi bises amicales michel003


Yannamar 12/02/2010 08:52


Arrêtes de nous prendre pour des truffes avec tes histoires, chez nous aussi il ya des truffes, rien qu'a la maison j'ai celle de bacchus. Et puis nous on ne fait pas des confréries Pour tout,
on ramasse les cèpes ou les girolles et on les mange...
BISALADOMISSURSATRUFEFROIDE. 


MJYANCHOU 12/02/2010 07:23


hello ma copine un vrai peche mignon que c'est bon...mais trop cher pour ma bourse....a nyons j'ai connu laurence ses parents sont paysans (lavande ..miel et et autres ils ont une ferme sensa ) et
sont aussi truffiers..je te signale avoir mange une fois chez elle me suis gavee de toast de trufffe ...miam...j'en avais jamais mange......je vais bosser........et jose va installler mon pc....ca
va etre long !!
bonne st valentin ma mimi....dernier com...avec mon ancien ordi rameur...jose l'installera un jour dans la chambre a yannick ....ca l'occupera..mais cet idiot le veut pas..il est bete....enfin on
verra..


Monica 12/02/2010 06:52



super   je ne savais pas que dans le ventoux  il y avait aussi des  chenes truffier


j aurai au moins appris cela  ce matin ..  une belle région en effet ,  belle médaille aussi  que celle  de la confrérie ..
 le vin et la truffe   un pays  de cocagne ..


 


 je te souhaite une belle journée    ma pause à pris fin  j en avait  besoin .


 bises à toi Dame  d avignon



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents