Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Domi-mots

A Domi-mots

Merci aux maisons d'éditions qui me font confiance en me proposant des partenariats et aux auteurs qui m'adressent leurs derniers ouvrages. Chaque chronique est partagée sur mes comptes Facebook, Babelio et Twitter


Le fils de Sam Green de Sibylle Grimbert, Ed. Anne Carrière

Publié par Dominique84 sur 23 Septembre 2013, 11:28am

Catégories : #Mes lectures

le fils de Sam Green 

Il n’a pas de prénom, il est le fils de Sam Green, un homme qui restera à jamais un « fils de ». Lui, le prince de New York parce que fils du roi de la finance est ce soir à l’heure du bilan. Son père est désormais l’homme le plus haï de la planète, du roi de la finance il est passé roi de l’arnaque. Ses placements frauduleux au taux magique de 12% n’étaient que poussières de strass. Il dort maintenant en prison,  laissant derrière lui son épouse et  son fils à la vindicte populaire. Le fils de Sam se débat pour convaincre la presse de son innocence ou plutôt de son ignorance sur les affaires de son père. Mais à l’heure de l’introspection, seul et abandonné de tous, il se replonge sur son passé de « fils de » et admet qu’il a passé sa vie à douter. Douter de son existence propre, douter d’être aimé pour lui, douter des affaires de son père. Le confort et le luxe dans lequel il a vécu jusqu’à aujourd’hui l’ont rendu lâche et faible. A-t-il été un complice ? A-t-il été un témoin consentant ? Ce soir il nous explique quelle a été sa vie, sa jeunesse dorée, la facilité avec laquelle il est entré dans le monde adulte, sans se préoccuper de sa carrière. Son aisance a fait taire sa conscience, elle a balayé au fil des années tous les doutes qui parfois le hantaient.

 Largement inspiré de l'affaire Madoff, «  Le fils de Sam Green »  est un roman passionnant nous livrant une fine analyse d'un milieu où l’argent est maître, où les « privilégiés » se débattent dans une jungle impitoyable, où le prix à payer est bien souvent supérieur à l’argent gagné. Mais le nerf de ce roman est ailleurs. La trame romanesque privilégie les rapports père/fils, une relation ambigüe, œdipienne. Ce père qui lui a tout donné l’a privé de l’essentiel, une vie. Il aurait dû écouter sa conscience qui le nourrissait de doutes, il aurait dû le dénoncer, donc le « tuer » pour enfin vivre.

Commenter cet article

griounette 30/09/2013 17:39


bonjour Domino, belle rentrée littéraire par ici!! j'espère que tu as passé un bel été , les blogs vont peut être se ranimer maintenant....bises à toi

Philippe 23/09/2013 18:38


Je constate, avec grand plaisir, que tu ne t'es pas éloignée du monde de la littérature. Ne pouvant plus accéder sur ton compte FB, je passe ici ... une façon d'avoir de tes nouvelles. Tu vas
bien ? Bises Dominique, so soon

DENIS 23/09/2013 14:09


un livre à noter dans les futures lectures

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents