Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Domi-mots

A Domi-mots

Merci aux maisons d'éditions qui me font confiance en me proposant des partenariats et aux auteurs qui m'adressent leurs derniers ouvrages. Chaque chronique est partagée sur mes comptes Facebook, Babelio et Twitter


Veuf de Jean-Louis Fournier, Ed. Stock

Publié par Dominique84 sur 11 Décembre 2011, 17:18pm

Catégories : #Mes lectures

veuf

Paru le 5 octobre 2011
 Stock 
 156 pages 
 15,50 €

"J’ai eu beaucoup de chance de la rencontrer, elle m’a porté à bout de bras, toujours avec le sourire. C’était la rencontre entre une optimiste et un pessimiste, une altruiste et un égoïste. On était complémentaires, j’avais les défauts, elle avait les qualités. Elle m’a supporté quarante ans avec le sourire, moi que je ne souhaite à personne. Elle n’aimait pas parler d’elle, encore moins qu’on en dise du bien. Je vais en profiter, maintenant qu’elle est partie."

Dans quelle catégorie ranger ce livre ? Est-ce un récit ? Est-ce un roman ? Est-ce un essai ? Un recueil d’aphorismes ? Il y a un peu de tout cela mais « Veuf » est avant tout une magnifique déclaration d’amour. Jean-Louis Fournier nous raconte les jours qui ont suivi le décès brutal de Sylvie, celle avec qui il a partagé 40 ans de sa vie, sa femme aimée.

Ces tragiques et dramatiques moments de l’existence deviennent sous la plume de l’auteur, des anecdotes savoureuses, délicieuses. Jamais l’expression selon laquelle l’humour est la politesse du désespoir n’a été aussi bien exprimée. La dérision et l’humour sont les plus sûrs boucliers pour affronter la peine, pour survivre à l’absence, « à l’après ». Comment ne pas sourire lorsque l’entreprise des pompes funèbres remettent à la famille épleurée un questionnaire de satisfaction se terminant ainsi « recommanderiez-vous ce crématorium à vos proches ? »

Pour celui qui fut un grand ami de Desproges, derrière l’humour se cache une immense tendresse. Jean-Louis Fournier retrace les souvenirs d’une vie commune sans lyrisme aucun et de façon superbement poétique. Comme cette courte phrase qui résume à elle toute seule la poésie de l’auteur :

«J'ai regardé à l'intérieur de tes chapeaux s'il ne restait pas une petite pensée pour moi...»

Emouvant, touchant et irrésistible !

 

Commenter cet article

AD-Mary44 15/03/2012 17:53


invitée par Daninele a venir voir ton article sur VAN GOGH et ses estampes - que je ne trouve pas - je suis tombée sur un blog passionnant - une belle invitation à la lecture - des jeux de mots
qu'apprécierait tout particulièrement mon mari. MERCI pour cette belle rencontre. bien amicalement

baïne 14/12/2011 22:00


coucou Domi


j'suis un peu en retard ce soir je repasserais pour la lecture en attendant gros bisous Domi

Kannette 13/12/2011 18:44


oh la la ma petite cigale ! J'arrive plus à te suivre .... deux articles non commentés ! Pour celui-ci je dirais simplement "pourquoi les déclarations d'amour sont souvent post mortem" ?
L'absence serait-elle tout d'un coup révélateur de nos qualités ?? Hi hi ! Ce livre je vais essayer de me le procurer ... très envie de le lire ! Un demi bisou sur celui-ci (ton article !)
L'autre moitié sur le suivant ... Pas de gaspillage chez l'auvergnate ! Preuve  Michelin !!! Regardes la réussite de notre Bibd'homme ! Je me souviens ... nous avions la même boucherie avec
Mme Bib ... Elle avait une vieille 2CV et moi une luxueuse Twingo ! Moi je ne suis pas la femme d'un PDG de la première entreprise mondiale ! Tu vois .. faut économiser ! pff ! Je passe au
suivant ... @ presto

amazone 13/12/2011 08:27


moi ce que je retiens c'est ce paradoxe entre une optimiste et un pessimiste et je me doute bien ma soeur que cela t'a évoqué pleins de souvenirs!!!! ce livre va me plaire sans aucun doute!!!!

Dominique-Anoucha 12/12/2011 20:53


Je n'arrête pas d'être déçue par ce que je lis en ce moment!!! Je ne sais même pas si je vais finir "La Dame du Palatin " de Patrick de Carolis. Pas inintéressant mais vraiment trop scolaire!!!
Ca manque terriblement d'inattendu!!! Ca m'ennuie!


Le problème, c'est que l'on me donne tous ces livres!


Bonsoir A+

trublion 12/12/2011 18:17


je pense malgré tout qu' il a montré sa tendresse, avant que sa femme le quitte !


Mais on dit aussi qu' on ne se rend jamais si bien compte de la valeur de quelqu" un que lorsqu' il nous quitte !


je ne doute pas que ce livre done à réfléchir, surtout lorsqu' on a un certain âge, et qu' on se dit qu' on approche de la fin


bonne soirée Mimi


 gros bisous

Yanamar 12/12/2011 16:08


J'ai écrit trouvé, ma femme il y a, maintenant longtemps que je l'ai trouvée.hé hé
hé...

Dominique84 12/12/2011 16:17



ah s'il s'agit d'un accord de principe, heu pardon de participe !



kinou31-36:0059: 12/12/2011 14:32


Bonjour ma Mimi. 40 ans !!! C'est toute une vie et, j'imagine que l'absence définitive de l'autre doit être insupportable. Alors, châpeau à monsieur Fournier qui a gardé les beaux moments pour,
peut-être, ne pas sombrer. Sans doute une bonne leçon pour ceux qui, comme moi, ont un grand problème avec la mort. Passe une bonne journée. Bisous. @+

ouOui 12/12/2011 14:18


Chère Mimi,





Quand je vennais te lire et je croyais entrer chaque fois, dans votre blog, dans une libraire. Je me trompais. Je rentrais en fait dans une charcuterie. A lire mon faux-frère OUPAS, je vois que
nous avons à faire à une galerie de Porcs très, très, euuuuuuhhhhhhh.  Je ne sais plus à quel trait, oh , j'en ai perdu mon fil, c'est t'y qu'on divorce, ou c'est t'y qu'on divorce pas dans
ton bouc, hein ? Non parce  que mon Faux Frère, ou pas, il les trait, les bivorcées; il en est obsezionnel puisqu'il a pas pigé que le pauv écrivian était veuf, à son grand désespoir. Mais
question puce, n'est pas untel low qui veut ! Hihi,, ze préfère la bouffonerie .....


Toi aussi, t'as trouvé ton Zemour !



Yanamar 12/12/2011 12:50


Mimi tu t'exprimes mal ! Certains n'ont pas compris que le gars est veuf..... c'est pourtant dans le titre ! BISALADOMIKEPAKON.....PRISE  

Dominique84 12/12/2011 14:11



fort heureusement, il n'en est pas de même dans mon travail ! D'habitude j'ai le verbe haut, mais l'approche des fêtes de Noël m'incline à la clémence. 



OUPAS 12/12/2011 10:17


BONJOUR MIMI !


 


        Encore un livre que je ne lirai pas !


 


        Cette culture est un fait une palette de possibilités ou de valeurs plausibles pour ceux qui lisent ce type de roman.


        Je viens d'avoir, coup sur coup, Ma belle-soeur qui a quitter son mari (mai 2011), la bru de mes amis de La Tranche-sur-Mer qui a aussi quitté
son mari (novembre 2011) et tout récemment la femme de mon neveux qui en a fait autant.


        Toutes ont argumenté sur des travers et des inconstances que l'on trouve désormais dans tous les romans à succés qui, commerce oblige, proposent
des histoires (et des options de vie) aussi scabreuses que l'esprit de l'auteur.


        Je pense ne pas être accessible à cette forme d'exemple, aussi ce qu'elles ont "supportées" comme raison d'un divorce, avec Martine,
nous les avons survolés.


       Alors, soit que je suis très intelligent ou qu'elles sont idiotes !......... Soit que leur éducation et les enseignements scolaires ont été bâclés ou
que mes parents et mes professeurs était très doués.


 


Bisous Mimi !

Dominique84 12/12/2011 14:21



C'est une façon de voir.... les choses !



Yanamar 11/12/2011 18:32


Salut Mimi, j'ai vu l'auteur de ce livre sur France 5, et j'ai apprécié. comme je ne lis pas j'ai conseillé le bouquin à ma femme, mais pour l'instant je ne l'ai pas trouvé.


BISALADOMIKILITOUJOURS.

Dominique84 12/12/2011 14:24



Cela ne m'étonne pas que tu l'aies apprécié, il a une forme d'humour bien particulière, pas toujours au goût de certains. Au fait, qu'est-ce que tu n'as pas trouvé ? ta femme ou le bouquin ?
bisoyankilipamékifélire



belbe 11/12/2011 18:24


j'aime beaucoup

Philippe 11/12/2011 18:22


Une façon très poétique de dépasser la peine de la perte de son "indispensable", de son "essentiel". Je l'ai lu dans le train du retour, sur tes conseils, j'ai été transporté à vitesse V !
L'amour vrai ne cesse jamais de faire battre le coeur malgré l'absence.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents