Publié le 16 Août 2011

"La beauté fragile toujours éclôt dans un nid d’épines"

 Photobucket Souvenirs de cueillette à la fin de l'été dans les sentiers,

fruits de la ronce le long des haies,

la mûre sauvage n'est pas un fruit à symboles, comme la pomme du désir et de la faute, la grenade ou la figue.

Formée d’une agglomérat de sphères, elle contient la perfection dans sa simplicité première ,  la sphère est la forme qui contient toute les formes pour la science antique.

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique84

Publié dans #photos perso

Repost 0

Publié le 13 Août 2011

Photobucket

 

J'aime à saisir la vibration de l'eau et de l'air, sa mouvance imperceptible.

Saisir ces moments arrêtés où l'eau frissonne de ses remous

et oscille dans la fluidité de l'air émeraude.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique84

Publié dans #photos perso

Repost 0

Publié le 10 Août 2011

Photobucket

Pionnier de la science fiction française, Pierre Boulle, Avignonais de naissance, est l'un des auteurs français les plus connus aux Etats Unis où deux de ses romans ont été adaptés au cinéma : Le Pont de la rivière Kwaï et La Planète des Singes.

 

Souvenez-vous du beau Charlton Heston incarnant un astronaute perdu dans l'espace-temps qui se retrouve sur une terre dominée par les primates. Les hommes, quant à eux, ont retrouvé leur état sauvage, leur espèce est menacée, leur civilisation est à jamais déchue (symbolisée par la Statue de la Liberté enlisée).

A partir d'aujourd'hui, vous saurez pourquoi et comment les singes pourront d'ici 19 siècles devenir les maîtres de la Terre. Le film "La planète des singes, les origines" sort en salle ce mercredi.

Le roman de Pierre Boulle cherchait à cerner la tragédie de l'Homme et son évolution. En jouant à l'apprenti-sorcier, l'homme finira inexorablement par décliner. Il dénonçait via la satire et l'anthropomorphisme des primates, la stupidité des comportements humains : barbarie envers les animaux, incompétence des politiques, dogmatisme borné, fatuité démesurée...

 

Rome la toute puissante n'a-t-elle pas sombré dans la décadence,

avant de céder aux invasions barbares ?

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique84

Publié dans #Mes lectures

Repost 0

Publié le 26 Juillet 2011

 

 

Il y a longtemps que les Avignonnais ne dansent plus sur le Pont,

Il y a longtemps que je n'avais vu âme qui vive sur ce pont

  Photobucket             

Le pont est aussi passerelle.

D'une traversée naîtra une vie nouvelle.

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique84

Publié dans #La Provence de Domi

Repost 0

Publié le 25 Juillet 2011

Pétrarque Photobucket Que de fois, tout en pleurs, fuyant le genre humain,

Et me fuyant moi-même en mon charmant asile,

J'inonde ma poitrine et l'herbe du chemin !

Que de fois mes soupirs troublent l'air immobile

Que de fois mes sanglots ont troublé l'onde immobile

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique84

Publié dans #photos perso

Repost 0

Publié le 24 Juillet 2011

 

 

 

 

Immobile et éblouissant,  

devant les passants indifférents,

des heures durant il s'oublie... en silence

Photobucket

    Photo matinale prise à Avignon... Place de l'Horloge.

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique84

Publié dans #La Provence de Domi

Repost 0

Publié le 21 Juillet 2011

Les peintres aiment à représenter la nature, la beauté des paysages, des corps, mais aussi les vices...

 Et "peu de vices sont plus difficiles à éradiquer que ceux qui sont généralement considérés comme des vertus. Le premier d’entre eux est celui de la lecture".

 

En tapant sur Google images "livre et peinture" on obtient Sans titre 5

"Books" de Chatzinteve

et Sans titre 6

"Colonne du savoir" de Couarraze.

 

Maintenant, si on s'amuse (enfin moi ça m'amuse) à taper : "peinture lecture", seules les femmes semblent être représentées. Elles s'adonnent, lascives, au plaisir de la lecture, tandis que les hommes, assis incofortablement sur une chaise, ne craignent pas de se noircir les doigts, en tournant les pages de leur journal quotidien.

En voici quelques exemples :

Photobucket

 

Les chromosomes auraient-ils leur mot à dire,

ou plutôt

à lire ?

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique84

Publié dans #humour

Repost 0

Publié le 6 Juillet 2011

Rédigé par Dominique84

Publié dans #Reflets du jour

Repost 0

Publié le 4 Juillet 2011

M'est avis que......

Si l'on se réfère à la littérature, le bonheur n'a en effet rien de vraiment exaltant, comme un champ de pâquerettes.

C'est la tragédie, la souffrance, la vague à l'âme qui font couler de l'encre.

Vous savez bien que le paradis n'existe que parce que l'enfer nous entoure !

 

Sachant qu'une des problématiques majeures de la société actuelle est qu'une vie, pour être réussie, doit être une vie heureuse, la société nous inculque l'idée d'une "obligation au bonheur" amenant les gens à des attitudes bien souvent inadaptées. La société de sur-consommation en est pour beaucoup la cause. Avant de demander à quelqu'un s'il est heureux, il faudrait qu'il sache exactement ce qui le rend heureux. Le bonheur est aussi un fonds de commerce, il a ses marchands et ses experts.    

Le bonheur est-il toujours dans le pré ?

Doit-on y croire pour y courir bien vite ? 


  L'auteur nous dresse le portrait d'une trentenaire qui n'a que faire des clichés romantiques de la "chick lit", maniant l'ironie et la satire avec maestria. Rachel Kadish nous amène à réfléchir sur les clichés du bonheur, "Et si on parlait du bonheur" est son premier roman.

 

Extrait :

"Les gens se méprennent sur le bonheur. Ils pensent qu'il est synonyme d'absence de problème. Ce n'est pas du bonheur, c'est de la chance. Le vrai bonheur est la capacité à vivre avec ses problèmes. Chaque jour des gens brillants, intelligents, se complaisent dans un drame et un pessimisme somme toute confortables, répugnant à mettre les mains dans le cambouis pour reconnaître que le bonheur exige du courage et des efforts".

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique84

Publié dans #Mes lectures

Repost 0

Publié le 30 Juin 2011

Les cigales se sont tues, on n'entend plus que le mistral se déchaîner sur le Vaucluse. Hier soir déjà le ciel était rouge, elles savaient qu'il est vain de pousser leurs chants amoureux aujourd'hui, les fortes rafales les emporteraient trop loin. Il souffle comme un fada

surprend le promeneur hagard,

les oliviers s'amusent à courber

à jeûn, vous titubez !

Il s'amuse vos jupons virevolter,

avec le mistral, c'est pudeur oublier !  

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Dominique84

Publié dans #La Provence de Domi

Repost 0