Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Domi-mots

A Domi-mots

Merci aux maisons d'éditions qui me font confiance en me proposant des partenariats et aux auteurs qui m'adressent leurs derniers ouvrages. Chaque chronique est partagée sur mes comptes Facebook, Babelio et Twitter © Copyright 2012-2020 Tous droits réservés


Arithmétique de la chair de Macha Méril, Ed. Flammarion

Publié par Dominique84 sur 14 Mars 2016, 15:50pm

Catégories : #Mes lectures

Arithmétique de la chair de Macha Méril, Ed. Flammarion

"La beauté des chiffres est baffouée, ternie. Leur poésie s'évapore... De concept, ils deviennent produit... servent à diviser les hommes en catégories, en classes, en segments de marketing. On est un age, un poids, une fortune, un salaire, un taux de globules rouges, un matricule, un n° de Sécurité Sociale. Les chiffres, alors, nous dominent, nous encerclent et parfois nous étouffent".

Betttina a 32 ans, elle est ce qu'on appelle communément une femme forte, dans tous les sens du terme. Son métier est peut-etre la cause de son état, elle passe ses journées assise à son bureau, absorbée par les bilans et les livres comptables. Son sérieux et sa conscience professionnelle lui valent un salaire honorable qu'elle ne partage avec personne. Bettina vit seule et accepte son célibat comme une fatalité, cause ou conséquence de sa corpulence épaisse et sans grâce. Elle n'a d'ailleurs jamais essayé d'y remédier, bien au contraire.
Mais depuis quelques semaines, un fait nouveau la trouble, ses joues se sont arrondies, elle s'empate, elle prend du poids, régulièrement, sans raison, sans avoir changé ses habitudes alimentaires. Elle qui n'a qu'une passion, les chiffres et les règles arithmétiques qui les commandent, ne réussit pas à maîtriser sa prise de poids puisqu'elle n'obéit à aucune règle. Paradoxalement, elle ne s'est jamais senti aussi légère, bien dans sa peau comme dans sa tête.
Mais sa nouvelle apparence est jugée nuisible à l'image de marque de l'entreprise qui l'emploie et on lui signifie une mise à pied de quelques mois afin qu'elle reprenne les rênes de son physique, en un mot qu'elle perde du poids. Mais les choses s'agravent, elle continue inexorablement à grossir sans qu'aucun traitement ni régime puisse y remédier.
Pour se changer les idées, elle décide de participer à un concours de calcul mental dont la finale sera retransmise à la télé. Elle remporte la victoire et gagne beaucoup plus que le chèque qu'on lui remet, elle s'aperçoit que ses bourelets sont un atout et non une charge. Cette femme obèse qui ose se présenter à la télé émeut les téléspectateurs d'autant que Bettina a su se créer un personnage qui a su toucher la compassion du public. De la transparente qu'elle était, elle devient une célébrité que les médias traquent, on veut en savoir plus sur cet ovni qui ne répond à aucun des critères de ce milieu. Elle réalise alors combien il est facile d'impressionner une foule, de manipuler l'inconscient collectif à condition de toujours maîtriser le moindre détail de ses dires, de son comportement. Son corps n'est plus alors une barrière entre elle et les autres, au contraire il devient un atout dans sa nouvelle vie. Elle va connaitre la célébrité, l'amour d'un homme, tous seront subjugués par ses formes et sa personnalité hors normes.
Bettina va se laisser emporter dans cette aventure improbable et l'amour, le bien-etre, le bonheur vont agir sur elle d'une façon inattendue, elle se met à fondre comme neige au soleil.
Qui deviendra-t-elle ? Les kilos envolés ne semblent pourtant pas être la clé du bonheur, et si c'était l'inverse qui allait se produire ? C'est une autre femme qui naît de cette expérience, une femme qui se banalise.
Le roman pose la question de savoir si la différence est un atout ou bien un handicap, c'est une réflexion sur notre société, une société d'apparence. C'est une réflexion philosophique sur l'image et la peur de l'indifférence, le danger de manipulation des foules, le danger d'Internet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Evelyne 16/04/2016 19:31

La beauté est un capital humain que le marché du travail reconnaît financièrement hélas ! dans ce livre, Macha Méril semble démonter toute cette théorie ; n'est-ce pas finalement la corpulence de Bettina qui a attiré les regards ... un corps qui ne rentre pas dans les critères de la mode aurait-il finalement moins d'importance que des capacités intellectuelles ? on pourrait donc en ayant des critères extérieurs négatifs être plus intelligente, plus ambitieuse, plus chaleureuse, plus sociable, plus équilibrée etc ... l'auteure se permet de bousculer l’ordre imposé et ça j'adore ! et puis je ne sais pas si cela est abordé dans ce livre ; mais les femmes sont couramment sous-représentées dans la profession de comptable, les femmes ne sont presque pas mentionnées par l'histoire des sciences de gestion, enfin bref la profession comptable est peu féminisée ; on attend des femmes qu'elles démontrent des qualités " masculines" pour réussir dans des rôles traditionnellement masculins, les femmes qui le font ont systématiquement une image négative ...LOL...Je fus comptable :)

Denis 15/03/2016 19:58

Un sujet original qui montre qu'il ne faut pas juger sur les apparences.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents