Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Domi-mots

A Domi-mots

Merci aux maisons d'éditions qui me font confiance en me proposant des partenariats et aux auteurs qui m'adressent leurs derniers ouvrages. Chaque chronique est partagée sur mes comptes Facebook, Babelio et Twitter


L’année la plus longue de Daniel Grenier, Ed. Flammarion

Publié par Dominique84 sur 5 Septembre 2016, 15:50pm

Catégories : #Mes lectures

L’année la plus longue de Daniel Grenier, Ed. Flammarion

Un roman kaléidoscope, un roman puzzle, un roman piste qui nous invite dans les couloirs du temps, une fresque familiale épique…. bref un premier roman aussi étonnant que détonnant et déroutant !

On avait dit à Thomas qu’il n’existerait qu’une année sur 4 parce qu’il était né un 29 février, comme son mystérieux aïeul Aimé Bolduc. Albert, le père de Thomas, va consacrer sa vie à suivre les traces de cet homme énigmatique qui ne vieillit que tous les 4 ans. Il va rassembler ses découvertes sur des carnets que l’auteur nous invite à lire et ainsi traverser 2 siècles d’histoire des Etats Unis et du Québec.

Peu de temps après la naissance de Thomas, Albert les quittera pour poursuivre sa route, Chattanooga dans le Tennessee n’était qu’une étape.

Recueilli par ses grands-parents à la mort accidentelle de sa mère alors qu’il n’a que 14 ans, Thomas Langlois atterrit dans un territoire inconnu, un foyer stable et dévot que sa mère avait si âprement critiqué durant toute sa vie, si courte soit-elle.

Albert Langlois, ce canadien mécréant était bien loin de l’image du gendre idéal qu’ils avaient rêvé pour leur fille . Laura avait alors mis beaucoup de distance entre ses parents et elle, même quand Albert était parti un jour, en les abandonnant. Laura avait continué à élever son fils seule jusqu’à ce terrible accident.

La vie de Thomas, d’Albert ou d’Aimé ne sont que le prétexte judicieux de l’auteur pour nous tracer à gros traits 3 siècles d’histoire des Etats Unis et du Canada.

C’est un roman original tant dans sa construction, n’y cherchez pas le fil conducteur de la chronologie ni du narrateur principal, que dans sa façon de mêler le fantastique au réel dans un style fluide et peut-être un trop bavard.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents